RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Basquiat
SAMO l'étoile filante.
P.O., le 27 juin 2016
Jean-Michel Basquiat_Andy Warhol_1984_New York_USA
Jean-Michel Basquiat_Andy Warhol_1984_New York_USA
 
A cette époque, les graffitistes du métro sont organisés en une société hiérarchisée, les auteurs de Tags (signatures) doivent franchir toutes sortes d'épreuves avant de pouvoir inscrire, en toute illégalité, le nom qu'ils se sont choisi sur la face extérieure des rames. Jean Michel Basquiat fait connaître très vite son patronyme le tag "SAMO" surmonté d'une couronne et du signe du copyright qu'il se met à inscrire sur les murs du métro et des batiments du bas de Manhattan. "Village Voice" s'en fait l'écho. Pour gagner sa vie il dessine et vend des cartes postales et des sweat-shirts illustrés.

Jean-Michel Basquiat_Jimmy Best, 1981_New York_USA
Jean-Michel Basquiat_Jimmy Best, 1981_New York_USA
 
Au cours des années 1980 il fait partie des acteurs qui font leur apprentissage en couvrant des palissades de chantiers et des murs pignons ; deux graffittistes se détachent du lot : Keith Harring, qui donnait du rythme aux surfaces, et de Jean-Michel Basquiat, qui, lui, avait choisi de les maltraiter. Tous les deux sont proches de Warhol. Ils ont à leur tour trouvé leur inspiration dans cette culture authentiquement populaire : celle de la rue et du métro new-yorkais. nouvelle forme de culture populaire extrêmement vivace dans le New York des années 1970.

<   1  2  3  4  5  6  7   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online