RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Jo Crepain
Anvers mon amour
Ziche Alberta, le 21 janvier 2008
Jo Crepain_Woning Moereels
Jo Crepain_Woning Moereels
 
Z.A. : La première question concerne votre travail, qu'est-ce que ça signifie travailler en Belgique, surtout à Anvers ?



J.C.: Le cas de la Belgique est assez spécial, il y a énormément d'architectes, presque comme en Italie : 13 000 architectes pour 10 millions d'habitants, soit pratiquement un architecte pour 900 personnes. Nous sommes donc trop nombreux et ne pouvons pas non plus dire d'être bien payés car les tarifs sont très bas ici, bien que les architectes belges sont ceux qui ont le plus de responsabilités en Europe.
Nous n'avons par conséquent pas la vie facile ; beaucoup d'architectes en Belgique travaillent seuls ou en petits groupes et ils commencent tous leur carrière en construisant la maison pour la famille de leur frère ou de leur sœur, c'est-à-dire par le dernier échelon, des petits projets, avant de passer -à condition d'avoir de la chance- à des projets plus grands. La situation ici est particulière, comme vous le savez sans doute, puisque 80% des Belges vivent dans une maison dont ils sont les propriétaires. Il s'agit donc de logements privés, on y construit de nombreuses habitations, petites ou grandes, contrairement à ce qui se passe par exemple aux Pays-Bas, où l'on construit beaucoup de logements sociaux ou des grands complexes résidentiels.


Jo Crepain_Woning Moereels
Jo Crepain_Woning Moereels
 
En Belgique, il faut travailler sur une petite échelle, pour le particulier.
Anvers est par ailleurs un cas à part ; c'est une ville qui a été totalement ignorée pendant des années mais je dois toutefois admettre qu'on y respire une autre atmosphère depuis 5 ou 6 ans car il y a un nouvel enthousiasme à l'égard de l'architecture et de l'urbanisme. Le maire lui-même montre davantage d'intérêt et semble avoir compris l'importance d'une bonne planification. En effet, un bon plan d'urbanisme peut aider quand il y a des problèmes de type social mais il faut trouver le juste équilibre entre les personnes, les fonctions, etc. Tout le monde semble s'orienter vers une meilleure qualité et je crois qu'Anvers sera méconnaissable dans une dizaine d'années. La partie historique de la ville ne perdra certes pas son identité mais tout ce qui est construit actuellement ou sera construit dans le futur aura bien plus de valeur.
C'est donc une chance de vivre durant cette période historique, même si nous sommes en retard par rapport aux Pays-Bas, à la France et à l'Allemagne. Nous assisterons enfin au changement en Belgique et le pays est en train d'essayer de faire le saut qui lui permettra de récupérer le temps perdu.

Jo Crepain_Woning Moereels
Jo Crepain_Woning Moereels
 
Z.A. : Parlons maintenant des Pays-Bas, un pays si lointain et pourtant si proche. Quel est votre rapport avec les Pays-Bas ? 



J.C.: Vous savez que j'ai travaillé souvent aux Pays-Bas et je peux donc me permettre de relever les différences entre ce pays et la Belgique. Il s'agit d'un pays plus " sévère " en matière d'urbanisme et d'architecture ; cette discipline y existe depuis toujours car les Pays-Bas ont toujours pu compter sur de très bons urbanistes ; ces derniers doivent toutefois affronter le problème de l'eau et doivent donc savoir s'organiser s'ils veulent rester au sec. Les Pays-Bas sont bien organisés du point de vue urbanistique, il y a une bonne organisation même dans le domaine architectural et social ; de nombreuses entreprises s'occupent de logements sociaux et certaines d'entre elles possèdent jusqu'à 50 000/60 000 habitations.


<   1  2  3  4  5   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online