RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Robert Rauschenberg : Gluts
Robert Rauschenberg
Gluts
Susan Davidson, le 1 mars 2010
Un an et demi après la mort de Robert Rauschenberg, le 12 mai 2008, le Musée Guggenheim Bilbao rend un hommage posthume à ce grand artiste américain en accueillant, jusqu'au 12 septembre 2010, Robert Rauschenberg: Gluts , soit une soixantaine de pièces qui illustrent une facette peu connue de son travail sur métal et qui proviennent du patrimoine de Rauschenberg ainsi que de prêts d’institutions et de collections particulières de plusieurs pays.

En novembre 1998, le Musée Guggenheim Bilbao accueillait la plus complète rétrospective jamais consacrée à ce génial artiste. L’évènement a fait sensation sur la scène artistique internationale par l’énorme qualité et le nombre des oeuvres exposées. Onze ans plus tard, le Musée Guggenheim Bilbao referme le cercle ouvert par cette grande rétrospective en accueillant ses Gluts, la dernière série de sculptures produite par l’artiste.


Mercury Zero Summer Glut, 1987_2009, Estate of Robert Rauschenberg - licensed by VAGA, New York, NY_Glenn Steigelman
Mercury Zero Summer Glut, 1987_2009, Estate of Robert Rauschenberg - licensed by VAGA, New York, NY_Glenn Steigelman
 
“Présenter à nouveau son oeuvre à Bilbao, et en particulier ses Gluts, après plus d’une décennie n’est pas seulement un privilège pour notre public, c’est aussi la façon qu’ont choisie les Musées Guggenheim — avec qui Rauschenberg a toujours maintenu une relation spécialement étroite — pour rendre hommage à l’artiste disparu en 2008”, a déclaré le Directeur du Musée Guggenheim Bilbao, Juan Ignacio Vidarte, à l’occasion de la première exposition temporaire qu’organise le Musée en 2010.

Au cours d’une trajectoire qui se déploie sur plus de cinquante ans, Robert Rauschenberg (Texas, 1925– Floride, 2008) a redéfini l’art de notre temps, ce qui en fait un artiste-clé du XXe siècle. Il a été une personnalité décisive de l’art contemporain pendant quasiment soixante ans, un jongleur plus éblouissant qu’aucun autre artiste du XXe ou du XXIe avec les matériaux, les techniques et les médiums les plus variés. Pour lui, peindre ne signifiait pas seulement prendre le pinceau, mais aussi sérigraphier, réaliser des collages, des transferts ou des impressions, en jouant avec les matériaux, de la toile à la plaque de métal en passant par le panneau en bois, la soie, le nylon, le méthacrylate, le plâtre et le papier. Considéré comme un précurseur de pratiquement tous les mouvements qui sont apparus dans l’art américain après l’Expressionnisme Abstrait, il a cependant toujours résisté aux tentatives de catalogage.


Blood Orange Summer Glut, 1987_Estate of the Rauschenberg_Dorothy Zeidman
Blood Orange Summer Glut, 1987_Estate of the Rauschenberg_Dorothy Zeidman
 
Dès les débuts de sa carrière, Rauschenberg a montré un enthousiasme sans bornes pour l’usage de toutes sortes de matériaux dans son expression artistique. Il adorait aller fouiller dans les objets mis au rebut par les autres et leur donner un nouvel emploi, une seconde vie, d’ailleurs parfois bien plus intéressante. Rauschenberg a souvent parlé de son attrait pour les déchets : “J’éprouve de la sympathie pour les objets abandonnés, je fais donc de mon mieux pour les sauver ”.

En 1964, à l’âge de 38 ans, Rauschenberg reçoit le Grand Prix de Peinture de la 32ème Biennale de Venise qui lui donne une stature internationale. L’évènement est sous-tendu par la rivalité entre New York et Paris comme centre mondial des arts visuels. En gagnant le Grand Prix, Rauschenberg met fin à la succession ininterrompue de prix accordés, après la seconde guerre mondiale, à des maîtres européens d’avant-guerre. Le commissaire du pavillon américain, Alan Solomon, apporta à Venise 22 pièces de Rauschenberg dont plusieurs sérigraphies aujourd’hui iconiques et ses Combines.


    1  2   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online