RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
L’architecture des Humeurs : Nouveaux modes d’agencement, de structuration et de transaction de l’architecture
L’architecture des Humeurs
Nouveaux modes d’agencement, de structuration et de transaction de l’architecture
David Edwards + Valérie Abrial, le 3 mai 2010
Expérience inédite, l’exposition-recherche «Une architecture des humeurs», articule plusieurs champs d’exploration au service de l’architecture ; entre neurobiologie, machinisme et protocoles mathématiques qui oeuvrent comme modes opératoires relationnels, transactionnels et structurels.

François Roche, architecte fondateur avec Stéphanie Lavaux de l’Agence R&Sie(n), s’est associé pour cela à François Jouve, mathématicien en charge de l’élaboration des stratégies structurelles dynamiques, Marc Fornes, Winston Hampel et Natanel Elfassy en charge des développements computationnels, Stephan Henrich, architecte, quant aux procédures et design robotiques et Gaëtan Robillard, Frédéric Mauclere, Jonathan Derrough sur la station de collecte des données physiologiques, via un scénario de Berdaguer & Péjus. Est intégré de plus, un second process de collecte via les “microneedles” de Marc Kendall. Le Laboratoire et sa directrice artistique, Caroline Naphegyi, ont accompagné cette recherche sur deux ans et offrent la possibilité unique d’en rendre compte dans son état de développement actuel.


Le Laboratoire_Architecture on Humor_François ROCHE
Le Laboratoire_Architecture on Humor_François ROCHE
 
R&Sie(n) rend visible - jusqu’au 22 avril 2010 - la première étape d’une recherche qui explore de nouveaux modes d’agencement, de structuration et de transaction de l’architecture :

- D’une part, au travers de procédures computationnelles, mathématiques et machinistes afin qu’une structure urbaine soit engendrée sur des protocoles d’indéterminations, d’agrégations et d’agencements successifs, improbables et incertains, qui réarticulent le lien entre l’individu et le collectif.  L’agencement des habitats et des trajectoires structurelles est ici pensé et développé comme postérieur aux morphologies, support de vie sociale (et non comme un préalable). Ces structures sont calculées sur des protocoles d’optimisation structurelle, à la fois incrémentaux et récursifs qui font apparaître, simultanément, la physicalité et la morphologie d’une architecture comme un principe résultant.


R&Sie(n) - Matthieu Kavyrchine.
R&Sie(n) - Matthieu Kavyrchine.
 
L’ « algorithme » développé par François Jouve se différencie des méthodes structurelles à «calcul direct» comme la structure porteuse d’un bâtiment, dimensionnée postérieurement à son design. A contrario, l’«algorithme» permet à la forme architecturale d’émerger des trajectoires de transmissions des forces, simultanément au calcul qui les génère. L’ «algorithme» est basé (entre autre) sur deux stratégies mathématiques, celle issue de la dérivée de formes initiées par Hadamard et celle issue d’un protocole de représentation des formes complexes sur un maillage cartésien par courbe de niveau (level set).

C’est un process mathématique d’optimisation qui permet à l’architecture de réagir et de s’adapter aux contraintes préalables, aux conditions initiales et non l’inverse.

- D’autre part, au travers de la collecte d’informations de l’ordre du corps chimique, basé sur les émissions neurobiologiques de chacun des futurs acquéreurs : jusqu’ici, la collecte des informations du protocole d’habitation s’appuyait exclusivement sur des données visibles et réductrices (superficie, nombre de pièces, mode d’accès et mitoyenneté de contact…).


    1  2  3  4  5   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online