RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Les langages du futurisme : Les formes d’expression artistique du futurisme
Les langages du futurisme
Les formes d’expression artistique du futurisme
Wiebke Dunkhase + Sara Franke, le 5 octobre 2009
Littérature, Peinture, Sculpture, Musique, Théâtre, Photographie

À l’occasion du centenaire du futurisme, le Martin-Gropius-Bau organise une exposition avec l’Institut culturel italien et le Museo d’Arte Moderna e Contemporanea di Trento e Rovereto (Mart) dédiée aux formes d’expression artistique du futurisme sous toutes ses facettes – de la peinture et l’architecture à la littérature. L’exposition se compose essentiellement de prêts du Mart, qui possède plus de 4000 œuvres futuristes, dont des chefs-d’œuvre de Carrà, Severini, Russolo et de Balla ainsi que d’un riche fonds d’archives comportant des documents et des ouvrages des représentants les plus importants de l’avant-garde. La Casa Museo Depero, premier musée futuriste d’Italie, fait également partie du musée et centre de recherche du Mart. Fondé par Fortunato Depero lui-même, il a été inauguré en 1959 avec le soutien de la commune de Rovereto.


Ardengo Soffici_Still Life with Red Egg, 1914_Archivio Fotografico Mart
Ardengo Soffici_Still Life with Red Egg, 1914_Archivio Fotografico Mart
 
Au cœur de l’exposition berlinoise figurent la présentation et la célébration du projet art-vie, que le futurisme théorise dans ses manifestes et qu’il met résolument en pratique dans un programme qui requérait la participation de tous les artistes à la construction d’une nouvelle esthétique du quotidien.

Le 20 février 1909, Le Figaro publiait Le manifeste du futurisme de Filippo Tommaso Marinetti (1876–1944), texte fondateur du futurisme, mouvement artistique d’avant-garde. En onze articles programmatiques, Marinetti prônait dans son manifeste une culture nouvelle embrassant tous les domaines de l’existence. Ses thèses s’érigeaient contre la tradition artistique, faisaient l’apologie de la vitesse, de la violence et de la guerre. Les mots de ce jeune écrivain né dans l’égyptienne Alexandrie, déclenchèrent une révolution, touchèrent le point le plus sensible de l’aspiration à un renouveau radical autour de laquelle l’art italien tournait depuis quelques temps.


Giacomo Balla_Enamoured Numbers, around 1923_Archivio Fotografico Mart, VG Bild-Kunst, Bonn 2009
Giacomo Balla_Enamoured Numbers, around 1923_Archivio Fotografico Mart, VG Bild-Kunst, Bonn 2009
 
Quelques années auparavant, Marinetti avait fondé à Milan la revue Poesia, qui devint la tribune de tout jeune écrivain revendiquant un changement radical de la littérature italienne. Vivant entre Paris et Milan, il fit désormais connaître le futurisme dans toute l’Europe. Marinetti partageait avec de nombreux artistes les idées révolutionnaires qu’il émettait dans les manifestes théoriques. À partir de 1910, les manifestes porteront les signatures de Umberto Boccioni, Luigi Russolo, Carlo Carrà, Gino Severini, Giacomo Balla puis ultérieurement d’Antonio Sant’Elia, Fortunato Depero, Enrico Prampolini, Ardengo Soffici et de nombreux autres, dont Tullio Crali, Renato Bertelli et Ernesto Thayath.

    1  2  3   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online