RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
L'Ornementation minimaliste : Atout retrouvé pour le design et la conquête des marchés
L'Ornementation minimaliste
Atout retrouvé pour le design et la conquête des marchés
Jean-Marc Barbier, le 14 septembre 2017
Dossier spécial

Après des décennies de minimalisme dominant, l’ornementation sort de son purgatoire. Corollaire d’une inspiration en liberté, elle est servie par de nouvelles technologies repoussant en continu le champ des possibles. Facteur de différenciation et de valeur ajoutée, elle séduit déjà les consommateurs de plus en plus avertis. Enfin, sur un marché mondialisé, la France a toute légitimité à jouer de son expertise historique en matière d'ornementation et d'ennoblissement des arts décoratifs.



"Heat wave" radiator, design by Joris Laarman, Droog Design
 
L’ornement, les archéologues en font leur miel, et pour cause puisque le champ d’exploration donne le vertige. Les fouilles en Asie Mineure ont livré des vases peints, certains en forme de femme aux yeux incrustés d’obsidienne, millésimés entre 5500 et 5000 avant J.-C.. Les poteries à figures géométriques des Grecs datés vers 1000 avant notre ère semblent du coup d’un intérêt historique tout relatif ! Une chose est claire, chaque civilisation éprouve un besoin évident de décors évoluant au fil du temps. Sculpté, peint, marqueté, le mobilier lui aussi est, à travers l’ornement, l’expression d’un savoir-faire régional et l’emblème de la puissance. Le grand mobilier d’argent des cours européennes exposé au château de Versailles l’an dernier (novembre 2007-mars 2008) en est un exemple somptueux. « C’est d’ailleurs au XVIIIe siècle, avec l’essor des manufactures (on les dirait de luxe aujourd’hui), que se développe la fonction qualifiée au XIXe siècle d’ornemaniste, » précise Stéphane Laurent, maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. « Il serait plus juste de parler de dessinateurs exerçant au cabinet du Roi, à l’instar de Berain ou Meissonier, l’un reconnu pour ses grotesques, l’autre comme inventeur du style rocaille. Toutefois dès le XVIe et avec l’essor de l’imprimerie, se fait jour la nécessité de compiler des modèles pour renouveler en continu bijoux et accessoires de mode. »


"Heat wave" radiator, design by Joris Laarman, Droog Design
 
Dans les - grandes - demeures, les styles s’enchaînent pour la bonne fortune des ébénistes. De la coquille à la griffe de lion en passant par la cannelure, l’ornement donne le ton. Néanmoins Percier et Fontaine, metteurs en scène des fastes du Premier Empire, s’inquiètent dès 1812 que l’industrie puisse banaliser le canon antique - leur fer de lance - dans des matières vulgaires et à bas coût… Que le goût de quelques uns puisse se déliter dans celui du plus grand nombre, voilà qui, déjà, incitait Kant dans La critique de la faculté de juger (1790) à concevoir le principe d’une distinction perceptible seulement par quelques élus !

    1  2  3  4  5  6  7   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online