RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Beatriz Milhazes : Formes naturelles + rigueur géométrique
Beatriz Milhazes
Formes naturelles + rigueur géométrique
Linda Chenit, le 26 janvier 2009
Beatriz Milhazes/Bibi, 2003
Beatriz Milhazes/Bibi, 2003
 
La Fondation Cartier pour l’art contemporain organise une exposition consacrée à Beatriz Milhazes, l’une des plus grandes plasticiennes brésiliennes d’aujourd’hui. Offrant un panorama de son oeuvre des dix dernières années, l’exposition réunit une sélection de peintures de grand format ainsi qu’un remarquable collage créé spécialement pour l’événement. Une installation a également été commandée à l’artiste pour les parois de verre du bâtiment, sur lesquelles elle appliquera des motifs en vinyle adhésif transparent, créant un effet proche de celui du vitrail. Reflétant l’intérêt de l’artiste pour les formes naturelles ainsi que pour la rigueur géométrique, cette installation spectaculaire nouera un dialogue visuel intense avec l’architecture de Jean Nouvel et le jardin environnant.

Beatriz Milhazes/Coisa Linda, 2002
Beatriz Milhazes/Coisa Linda, 2002
 
Héritage brésilien

L’oeuvre de Beatriz Milhazes occupe une position unique entre les traditions latinoaméricaine et occidentale. L’artiste s’intéresse très tôt à l’oeuvre de l’écrivain et poète brésilien Oswald de Andrade (1890-1954) et à celle de sa célèbre compagne, l’artiste peintre Tarsila do Amaral (1886-1973). Andrade, dans son Manifesto Antropofago (1928), appelait les artistes brésiliens à inventer leur propre culture en « dévorant » les styles européens et en les fusionnant avec des elements issus de la culture locale. Tarsila do Amaral exprimait la même philosophie dans sa peinture en combinant les couleurs vives et l’imagerie tropicale du Brésil avec le surréalisme qu’elle avait découvert en Europe. À l’instar de ses prédécesseurs, Beatriz Milhazes s’empare d’un vaste kaléidoscope d’influences et développe un processus créatif dans lequel, selon ses mots, la « culture mange la culture ». Ses toiles foisonnantes de couleurs et de motifs décoratifs ont indéniablement une saveur brésilienne. L’artiste s’inspire de toutes les formes d’art - classiques ou populaires - de son pays natal : céramique, dentelle, joaillerie, décoration de carnaval, sans oublier l’architecture du baroque colonial.


Beatriz Milhazes/A chuva, 1996
Beatriz Milhazes/A chuva, 1996
 
    1  2  3   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online