RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Le design encore en accès réservé ?
L’utile peut être beau, le beau doit être accessible
Gérard Laizé, le 26 mars 2012
Louis Ghost by Philippe Starck
Louis Ghost by Philippe Starck
 
Des militants et des solutions…

C’est clairement dans une volonté de « démocratisation de l’avant-garde et des codes de l’élégance » que le fleuriste Gaétan Aucher et l’architecte Luc Moulin ouvraient le magasin Fleux (5) en 2005 à Paris. Ils militent contre l’idée qu’un pan du public soit exclu de la création et doive se contenter de mauvaises copies. Dont acte avec des étiquettes qui s’échelonnent de 2,5 à 6 800 euros. « Les œuvres de jeunes designers sont aussi très intéressantes, si ceux-ci sont confirmés les royalties augmentent notablement le coût de production ! » Fleux remplit sa mission à en juger par son agrandissement annoncé en janvier 2009 (de 300 m2 à 800 m2).


Prince Impérial_Bonetti, Mattia Garouste, Elisabeth France
Prince Impérial_Bonetti, Mattia Garouste, Elisabeth France
 
Reste néanmoins des designers aguerris revendiquant la création de produits pour tous… Ainsi Frédéric Périgot, président de l’entreprise éponyme, annonce pour septembre prochain une collection autour du marché et du voyage en co-branding avec Andrée Putman. « Une cliente de la première heure qui entend que les beaux produits ne soient pas réservés à une élite, c’est une nostalgique des années Prisunic. » Encore faut-il que les designers aient été formés à la réalité industrielle, « parmi les plus jeunes certains n’ont aucune idée du prix auquel leur projet pourrait être commercialisé… » s’inquiète Frédéric Périgot. Une nécessité, soulignée par Laurent Mussigmann, dans sa démarche auprès des étudiants ayant planché pour Conforama. « Ils ont dû s’investir pour intégrer les contraintes du cahier des charges et les coûts. » Dans les années 80, Colette Bel a contribué au développement d’Ecart International. Il y a huit ans, elle fondait l’agence Limited & Unlimited dont l’objectif est de présenter les savoir-faire et production de ses clients-fabricants haut de gamme auprès de prescripteurs et d’architectes. Elle parle couramment création et rigueur industrielle. « Deux mondes qui ont tous les deux besoin de vivre… Beaucoup de designers seraient enthousiastes de créer des produits démocratiques. Reste que les industriels sont parfois réticents à entreprendre des projets sans garantie de retour sur investissement. Le cas de figure idéal repose sur trois intervenants : le distributeur s’engage sur le projet, le designer crée et le fabricant a la garantie de voir commercialiser sa production. »


Poltrona di Proust_Alessandro Mendini
Poltrona di Proust_Alessandro Mendini
 
Une vision optimiste et réaliste à rapprocher du discours de Philippe Starck (cf Magonline # 35 du salon Maison & Objet) : « Le rêve, la vision, la créativité, cela rapporte aux industriels. Ce succès économique est fondamental puisqu’il leur permet de réaliser davantage d’investissements technologiques conduisant à monter la qualité des produits tout en descendant leurs prix. » La recette du cercle vertueux ouvrant sur le vaste marché du design démocratique… Sur un registre parallèle, The Phone House propose depuis le 1er juin 2008, un ordinateur mobile vendu à partir de 99 euros et couplé à un abonnement internet. Un accès facilité au web qui a tout pour séduire les 45 % des Français qui ne se connectent pas encore. C’est aussi par le levier des petits prix que Keith Haring souhaitait rendre accessibles à tous ses créations (vêtements, posters…) en lançant son Pop Shop à New York en 1986. D’aucuns crièrent au scandale… L’art et le design devraient-ils rester le monopole d’une élite ?

<   1  2  3  4    
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online