RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Geoffrey James
Utopie/Dystopie met en contraste une société idéale et un monde qui court à sa perte
Josée-Britanie Mallet, le 16 juin 2008
Geoffrey James_Coutt’s Garden, Alberta, 2006
Geoffrey James_Coutt’s Garden, Alberta, 2006
 
Reconnu comme l’un des plus éloquents interprètes du paysage au Canada, Geoffrey James fait de la photographie depuis le début des années 1970. Ses premières photographies illustrent des jardins et expriment une conception classique de la beauté, révélant la géométrie et les structures sous-jacentes du jardin à la française. Ces petites photographies panoramiques (8,5 cm x 26,5 cm) évoquent une passion tranquille pour les aménagements et les sanctuaires naturels d’autrefois. Dans ses œuvres plus récentes, James s’intéresse plus particulièrement à la façon dont la nature et la culture se croisent. Bien qu’elles ne s’intéressent pas au « romantisme des ruines », ses photographies n’en évoquent pas moins la déchéance.

Geoffrey James/Vimy-Ridge, 1993 Musée des beaux-arts du Canada Ottawa Acheté en 1995
Geoffrey James/Vimy-Ridge, 1993 Musée des beaux-arts du Canada Ottawa Acheté en 1995
 
« Une rétrospective de cette envergure permet de découvrir l’ensemble du travail que produit un artiste au cours d’une carrière », a indiqué le directeur du MBAC, Pierre Théberge. « Une telle exposition, qui réunit en un même lieu un nombre représentatif d’œuvres d’un même artiste, nous offre aussi l’occasion d’examiner plus étroitement les différents thèmes et préoccupations qui en émergent. »

Geoffrey James/Central Park, the Ramble, 2007
Geoffrey James/Central Park, the Ramble, 2007
 
<   1  2  3   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online