RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Controverses
Une histoire juridique et éthique de la photographie
Daniel Girardin + Christian Pirker, le 1 novembre 2010
Michael Light, OAK / 8.9 Megatons / Enewetak Atoll / 1958, 2003_© 2003 Michael Light
Michael Light, OAK / 8.9 Megatons / Enewetak Atoll / 1958, 2003_© 2003 Michael Light
 
Le pouvoir s’exerce aussi par le contrôle des droits de reproduction. Les collections et archives de photographies des XIXe et XXe siècles sont devenues aujourd’hui de véritables trésors en termes historiques et financiers. Il s’agit d’abord des originaux achetés par les musées et les collectionneurs, qui forment un marché aujourd’hui florissant, lequel a vu les premières accusations de faux apparaître dans des ventes publiques. Il s’agit ensuite des archives et des collections documentaires, qui sont souvent aux mains de puissantes compagnies - Corbis et Getty par exemple -, ou d’institutions et de musées privés ou publics. Ces ensembles réunissent des millions d’images, rentabilisés par les droits de reproduction. Depuis une dizaine d’années, les musées et institutions du monde entier ont une tendance à la marchandisation de leur patrimoine photographique, ce qui restreint considérablement les lois et les principes éthiques du domaine public.

La plupart des musées demandent de l’argent pour le “droit d’accès” aux images qui sont en leur possession, mais qui sont dans le domaine public, une pratique aujourd’hui règle courante, institutionnelle. Bien entendu, les musées ont de gros frais de digitalisation et de gestion de leurs collections, et ils sont victimes souvent du désengagement de l’Etat ou des communautés publiques. Mais les prix élevés deviennent un obstacle aux publications culturelles ou scientifiques, ils rendent problématique la recherche et ont forcément une incidence sur le prix des livres et l’accès à la culture. Les tarifs sont parfois plus chers pour une photographie tombée dans le domaine public que pour une image contemporaine.


Todd Maisel, The Hand, 9/11, New York, 2001_© Todd Maisel
Todd Maisel, The Hand, 9/11, New York, 2001_© Todd Maisel
 
Au-delà de toutes les questions soulevées - droits d’auteur, droit à l’image, politiques de pouvoir -, pourquoi des images sont-elles appréciées, voire adulées, d’autres censurées et poursuivies, diffusées dans certaines circonstances, puis interdites dans d’autres ? Cette exposition et cet ouvrage tentent d’apporter des éléments de réponse. Résultat de plusieurs années de recherches, il ne s’agit pas d’un livre et d’une exposition de droit, encore moins d’éthique. Il s’agit avant tout d’un choix de photographies qui, confrontées aux lois ou aux problèmes éthiques, permettent de mieux illustrer comment les sociétés, à divers moments de leur histoire, ont considéré leurs images. De saisir quels regards elles ont posé sur les représentations, quelles interprétations elles en ont faites, et quels sont, finalement, les enjeux de ces photographies. Les cas choisis devraient permettre de mieux comprendre les principes majeurs qui sous-tendent toute la création photographique, dans les domaines les plus variés, du milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours.

Anonyme, Abou Ghraïb, Irak, 2004 © DR
Anonyme, Abou Ghraïb, Irak, 2004 © DR
 
<   1  2  3  4  5  6   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online