RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Design de pointe et dispositif des choses
Les pensées de Jean Louis Frechin
Annie Gentès + Jean-Paul Robert, le 16 juin 2016
Jean Louis Frechin_WaDoor UP, porte-écran
Jean Louis Frechin_WaDoor UP, porte-écran
 
Objets réflexifs, intimes, les «Wa » sont aussi objets communicants. Là où la maison pouvait se refermer sur un jeu de surfaces et de miroirs, les objets communicants créent une profondeur en amont et en aval. Ils ouvrent les portes vers d’autres foyers et ils procurent un lieu d’interaction pour les membres de la famille. Dans ce monde d’écrans plats, l’ouverture du champ vient des relations avec les autres. On aborde ici l’ultime fonction du designer numérique, qui crée des objets qui vont structurer les relations entre personnes, modifier les modalités de sociabilité et d’échange, redéfinir les territoires symboliques. A travers, les objets communicants ou les « objets relationnels », pour reprendre les termes de jean louis Frechin, le designer porte la responsabilité de constituer un cadre et d’influencer des relations. WaDoor UP, Wanetlight M, WaSnake ELA, Waaz AL, démontrent un choix politique et poétique. L’accent est mis sur l’accueil, l’hospitalité. Les modalités de présence tentent d’éviter l’intrusion brutale. L’objet numérique est conçu comme un espace d’écriture et de mémoire familiale partagée.


Jean Louis Frechin_Wapix YJMM, cadres chronopictographiques
Jean Louis Frechin_Wapix YJMM, cadres chronopictographiques
 
Si on peut parler de douceur numérique pour qualifier les objets de cette exposition c’est assurément parce que le numérique atteint ici une forme de maturité. Simondon analyse l’évolution des objets techniques vers une cohérence interne et le design des «Wa » témoigne de l’effort pour dégager les principes d’une esthétique juste, pertinente, du numérique et du communicationnel. En dernière instance aussi, objets ouverts qui attendent la contribution des uns et des autres. Objets discrets parce qu’ils s’effacent derrière l’utilité (donner de la lumière, poser des livres) mais aussi objets poétiques qui peuvent recréer un espace chorégraphique, un espace de secrets partagés, d’indices plutôt que d’informations, dans un présent fragile à renouveler.


Jean Louis Frechin_WaDoor UP, porte-écran
Jean Louis Frechin_WaDoor UP, porte-écran
 
Les objets nous encombrent. Pire, ils nous envahissent. Dedans, alors que nos demeures, en ville, sont de plus en plus exiguës ; dehors, où ils prolifèrent, enlaidissent de leur disparité l’espace public et en étouffent les libertés possibles; sur nous, dans les sacs ou dans les poches que nous devons multiplier pour les emporter. Ce n’est pas tout : les objets sont devenus éloquents. Ils parlent d’eux, quand ils ne parlent pas tout seuls. Ils se glissent partout, se rappellent à l’ordre, ne nous laissent pas tranquilles. Ils prétendent servir, affranchir : ils aliènent. Ils ne sont plus inanimés. Désormais numériques, ils seraient même devenus « intelligents ». L’écrivain autrichien Robert Musil se demandait déjà s’il était possible d’affirmer qu’un cheval de course est « génial ».

<   1  2  3  4  5  6   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online