RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Pierre et Gilles
Double Je (1976 - 2007)
Jade Lobato de Faria, le 30 juillet 2007
Pierre et Gilles_Le petit communiste, 1990_Galerie Jérôme de Noirmont_Paris
Pierre et Gilles_Le petit communiste, 1990_Galerie Jérôme de Noirmont_Paris
 
Un personnage unique, en général, "blasonne" chacune de leurs images, sauf si leur sujet est celui des combattants solidaires, des amants réunis ou du couple que Pierre et Gilles forment eux-mêmes : Les Jardins du Paradis, Adam et Ève, Les Amants criminels, Les Cosmonautes ou encore Les Mariés, par exemple. La mise en forme plastique, ici, veut signifier par l'image un destin personnel. La facture du portrait pierre-et-gillien est elle aussi immuable : nul changement significatif en trois décennies de labeur acharné et au prorata de quelque quatre cents réalisations. Sinon de très rares portraits réalistes (Les Enfants des voyages photographiés aux Maldives, en 1982), le portrait type que signent Pierre et Gilles s'affiche invariablement comme un portrait arrangé et mis en scène.

Moins que pour lui-même, le sujet photographié y est présenté travesti, endossant l'habit ou le statut d'un autre : ceux, diversement, d'une figure de la mythologie antique (Ganymède, Mercure, Méduse…), de l'histoire religieuse (Saint Sébastien, Saint Augustin, Bouddha…), du marin, du voyou ou de la femme fatale, du héros de cinéma (Anakin Skywalker) ou de la littérature (Le Capitaine Nemo, Le Dahlia noir), de la figure princière (Le Jeune Pharaon), à moins qu'il ne s'agisse de signifier une allégorie (La Mort, L'Innocence). C'est en toute décontraction que les canons chers aux deux artistes empruntent à l'esthétique populaire, celle du chromo, de l'imagerie de type Poulbot et Titi parisien, à celle, également, de l'image de mode, convoquée et exploitée jusqu'à saturation, à celle enfin du répertoire gay soft, à mi-distance entre le glamoureux et le style plus ouvertement "hard" d'un Tom of Finland. (...)


Pierre et Gilles_Dans le port du Havre, 1998_Galerie Jérôme de Noirmont_Paris
Pierre et Gilles_Dans le port du Havre, 1998_Galerie Jérôme de Noirmont_Paris
 
Chaque image, chez Pierre et Gilles, est l'expression conjointe d'une affirmation et d'une incertitude. De qui y parle-t-on : de l'homme en général, de l'homme en particulier, d'un modèle lambda, de ses fantasmes personnels, fantasmes dont le déguisement fournirait l'aveu implicite ? Entre résonances pop et sulpiciennes, le portrait que façonnent Pierre et Gilles opère à mi-chemin entre l'identification et la parabole. Le modèle qui pose pour les artistes, dans le titre de l'œuvre, est le plus souvent nommé et, comme tel, identifiable. Déguisement et maquillage, en contrepartie, lui confèrent une identité inédite, qui est la sienne sans l'être, qui le déréalise, le propulsant de concert dans le périmètre des figures mythiques. (...)

<   1  2  3  4  5   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online