Buenos Aires : Une renaissance créative
Buenos Aires
Une renaissance créative
Paula Alvarado + Gabrielle Samson, le 9 avril 2007


El Tigre_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
El Tigre_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Buenos Aires_Gabrielle Samson_Argentine
Buenos Aires_Gabrielle Samson_Argentine


Le processus par lequel les crises personnelles nous conduisent souvent à évoluer et à nous renouveler peut également s’appliquer au macrocosme d’une ville.  Un cas réel : Buenos Aires, capitale de l’Argentine, où le désastre économique qui a touché le pays en 2001 est à l'origine d’une renaissance, pénétrant désormais les domaines de la mode, de l’architecture, des beaux-arts, ainsi que du design industriel et graphique. Bien que la dépression économique demeure un coût élevé à payer pour connaître une renaissance artistique, les privations vécues par les Argentins ont eu comme effet de stimuler la créativité de ceux-ci. En cherchant de nouvelles avenues d’expression, ils ont donné une voix à leur lutte et illustré l’impact des bouleversements nationaux.  

Buenos Aires, The Bridge_Argentine
Buenos Aires, The Bridge_Argentine


Buenos Aires la nuit_Argentine
Buenos Aires la nuit_Argentine


La crise économique argentine du XXIe siècle trouve ses racines dans la situation politique des dernières décennies. À la fin des années 80, Carlos Menem devient le président de l'Argentine et implante rapidement le Projet de convertibilité. En vertu de cette loi, le peso argentin atteint la valeur du dollar américain ce qui a pour but explicite d’assurer une stabilité économique. Grâce à ce développement, la classe moyenne, plutôt répandue en Argentine, voit au-delà des limites de son propre pays.  Les citoyens commencent alors à voyager à l’étranger et à y dépenser leur argent.

Art Urbain_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Art Urbain_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


La Rural Fashion Buenos Aires_Gabrielle Samson_Argentine
La Rural Fashion Buenos Aires_Gabrielle Samson_Argentine


Le commerce et l’argent du pays quittent graduellement pour l’étranger. Au même moment, le commerce à l’intérieur du pays est en chute. Le tourisme devient presque inexistant ; les étrangers considèrent alors l’Argentine comme une destination touristique trop dispendieuse. Jumelées avec le développement rapide de la privatisation des sociétés d’état, les politiques économiques de Menem mènent rapidement à la crise économique de 2001. L’inflation contraint finalement le gouvernement argentin à laisser les forces du marché déterminer la valeur du peso plutôt que de la maintenir au niveau du dollar américain. N’étant désormais plus artificiellement élevé, le taux de change chute à une valeur de 3 pesos pour un dollar.

San Telmo la nuit_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
San Telmo la nuit_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Buste Bocabu_Buenos Aires_Argentine
Buste Bocabu_Buenos Aires_Argentine


Avec une récession qui bat son plein, la majorité des Argentins voient leur pouvoir d'achat à l'étranger sévèrement diminué de même que leurs opportunités de voyage, ceci à pour effet de mener à une revalorisation des produits et destinations nationales. Au même moment, les premiers diplômés en Mode et Design quittent  les murs de l'Université de Buenos Aires et font leur entrée à titre de jeunes professionnels hautement qualifiés. Ils choisissent de s’installer dans les quartiers abordables de la ville soit, Palermo et San Telmo.  Les foires de design dans les rues ainsi que les marchés aux puces de ces quartiers se répandent dans les grands centres urbains. Grâce au support économique du gouvernement municipal de Buenos Aires, la renaissance culturelle apparaît dans tous les domaines artistiques.

La Boca_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
La Boca_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Une fois l’environnement social stabilisé : l’agitation sociale et les rébellions sporadiques dans les rues, le nouveau taux de change implanté, des vagues de touristes commencent à déferler sur  la ville formant ainsi une nouvelle source financière pour supporter les démarches artistiques.

Designers à Palermo Fair Week_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Designers à Palermo Fair Week_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Malba_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Malba_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


À la suite de ces développements et de la stabilisation graduelle du pays, les designers quittent les rues pour s'établir dans des locaux qu'ils partagent, puis éventuellement dans leurs propres boutiques. Plusieurs de ces designers, qui ont commencé sur le coin des trottoirs, occupent maintenant des boutiques chics, de quoi rivaliser avec leurs homologues européens.

Designers à Palermo Fair Week_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Designers à Palermo Fair Week_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Boutique à Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Boutique à Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Boutique à Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Boutique à Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Aujourd’hui, Buenos Aires et l’Argentine entière sont en pleine expansion. La valorisation des produits locaux par les étrangers a permis de soutenir la confiance nationale :  les Argentins peuvent cesser de puiser leur inspiration en Europe et la trouver à l’intérieur même de leur pays.  Ils attirent maintenant le regard de tous les pays qu’ils ont traditionnellement voulu imiter. Buenos Aires est désormais une Mecque pour les designers. La régénération de l’économie a permis la restauration des secteurs de l’ancienne ville jadis écroulés.

Cecilia Gadea, designer_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Cecilia Gadea, designer_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Cecilia Gadea, designer_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Cecilia Gadea, designer_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Florencia Fiocca, designer_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Florencia Fiocca, designer_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Les quartiers de design

Palermo
Ce quartier est né grâce à l’initiative d’un groupe de jeunes designers qui y ont établi leurs studios, motivés par le faible coût des loyers. Ce secteur a donc rapidement été converti en centre créatif pour les artistes de la ville.  Alignés sur les rues entourant la renommée Plaza Cortazar, on trouve des studios de graphisme ainsi que des boutiques de vêtements et d’accessoires pour tous les goûts. Dans ce quartier, les magasins luxueux cohabitent avec des espaces variés alternatifs où les gens se rassemblent pour vendre leurs biens.  C’est également le cas d’une multitude de marchés et de kiosques, qui prennent place dans les rues durant les week-ends.

Bistrot_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Bistrot_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Maria Marta Facchinelli, designer_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Maria Marta Facchinelli, designer_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


San Telmo
Le secret du développement du quartier San Telmo, passant d’un quartier classique bondé de maisons de ville antiques en ruine à des rues parsemées de bars branchés et de commerces de design, réside dans un projet du gouvernement de Buenos Aires d’offrir des hypothèques et des loyers abordables spécifiquement pour les jeunes designers et artistes. Bien que ce processus ait été plus lent que pour Palermo, le quartier a été réanimé grâce à ces subventions : de nouvelles galeries d’art, des magasins de vêtements et d’accessoires, des centres culturels et des bars en tout genre ont pris place dans les rues. Aujourd’hui, la majeure partie de l’action est centralisée autour de la Plaza Dorrego. L’intersection où se situe la rue Chile en est le point vital. Pablo Ramirez, l’un des grands designers de mode argentin, a pignon sur rue dans ce quartier.


Boutique à Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Boutique à Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Boutique à San Telmo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Boutique à San Telmo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Florencia Fiocca, designer_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Florencia Fiocca, designer_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Puerto Madero
Même si la modernisation de Puerto Madero est un sujet laissant encore place au débat - la commercialisation d’une bonne partie de cette zone implique certaines ententes gouvernementales douteuses datant des années 90 - ce quartier a été amélioré depuis l’époque où il ne comprenait qu’une masse d’entrepôts abandonnés le long de la rivière. Il s’agit aujourd’hui de l’un des quartiers les plus attrayants et sélects de Buenos Aires.  Le fait que l’un des plus luxueux hôtels du secteur, Le Faena Hotel + Universe, création de l’ancien designer de mode Alan Faena, dessinée par Philippe Starck et financée partiellement par Austin Hearst : petit-fils du légendaire gourou des communications William Randolph Hearst, y ait ouvert ses portes en 2004 illustre sans équivoque la montée de ce quartier. Ce secteur a été consacré avec l’ouverture de commerces offrant fièrement les produits les plus raffinés sur le marché, allant des bars et restaurants aux magasins luxueux. De plus, l’inauguration du centre culturel avant-gardiste El Porteño - également un projet de Faena, dessiné par Norman Foster qui promet d’accueillir tant les artistes pratiquant les beaux-arts que les designers et les écrivains - est attendue avec impatience.  


El Porteno_Art District_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
El Porteno_Art District_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Buenos Aires Fashion Week, Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Buenos Aires Fashion Week, Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Buenos Aires Fashion Week, Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Buenos Aires Fashion Week, Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Buenos Aires Fashion Week, Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Buenos Aires Fashion Week, Palermo_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


La Boca Tango_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
La Boca Tango_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Métro_Véronique Laliberté_Buenos Aires_Argentine
Métro_Véronique Laliberté_Buenos Aires_Argentine


Tango La Boca_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine
Tango La Boca_Gabrielle Samson_Buenos Aires_Argentine


Traduction française : Mathieu Laberge

Photographe : Gabrielle Samson
Directrice artistique et styliste : Véronique Laliberté
Idée originale : Véronique Laliberté et Gabrielle Samson
Modèle : Sol Miranda (civiles management argentina)
Assistants : Karina Jacobsen et Massimo Malauri
Maquillage : Solange Schwerdtfeger
Coiffure : Yanina Priore
Retouches photo : Gabrielle Samson et Véronique Laliberté
Remerciements à Yamisme Lafont et à l'Office Québec Amérique pour la Jeunesse

Contacts : www.gabriellesamson.com
               www.11h11.com

Adresses :
Florencia Fiocca
Cabello 3650 PB ° B (Palermo)
www.ffiocca.com

Maria Marta Facchinelli
El Salvador 4741 (Palermo)
www.facchinelli.com

Cecilia Gadea

ugarteche 3330  (Palermo)
www.ceciliagadea.com

Pablo Ramírez
Perú 587 (San Telmo)
www.pabloramirez.com.ar