Tout ce que vous devriez savoir sur Eva Van Den Bulcke, en 20 questions... : Le projet Schlof
Tout ce que vous devriez savoir sur Eva Van Den Bulcke, en 20 questions...
Le projet Schlof
Zanoa Bia, le 5 mars 2007
Eva Van Den Bulcke_Schlof_Montréal_Canada
Eva Van Den Bulcke_Schlof_Montréal_Canada


Egodesign.ca. : Qui êtes-vous / comment vous décririez-vous?
Eva Van Den Bulcke : Je donne du sens au non-sens. Si ça fait du sens…

E.D. : Que pourriez-vous nous dire à propos de Schlof et de votre (futur) travail?

E.V.D.B. : Schlof est une série de portraits de gens qui dorment. C’était très important, pour l’authenticité de l’idée, de photographier les personnes sans les réveiller. Les photographier dans un sommeil aussi profond était un véritable défi. Certains me donnaient une copie de leur clé de maison et je m’y glissais très très tôt le matin, ou les plus braves laissaient leur porte non fermée. Je me rendais dans leur chambre et je grimpais sur leur lit pour avoir un bon plan de leur visage. Certains étaient conscients de ma présence, d’autres continuaient simplement de dormir et à péter durant toute la session ! Ensuite, j’imprimais ces portraits sur d’énormes oreillers. Le volume de ceux-ci donnait un aspect de trois dimensions aux visages. L’effet d’un de ces oreillers sur un lit est surprenant. C’est vraiment comme si quelqu’un (avec une grosse tête) dormait, créant un étrange trompe-l’oeil.

E.D. : Y a-t-il une philosophie derrière Schlof ? Votre travail ?

E.V.D.B. : Travaillant dans un milieu publicitaire, je suis habituée aux photos minutieusement mises en scène, qui sont ensuite retouchées de façon précise pour créer l’image parfaite. Avec Schlof, je voulais tout laisser aller. Pas de maquillage, de coiffure, d’éclairage, de sourire ou de retouche. Un pur abandon. Si j’avais montré les portraits à mes modèles, je n’aurais jamais eu d’exposition ! Ils n’avaient aucun contrôle sur leur image, ce qui était le but. Certains portraits se sont révélés très flatteurs, alors que d’autres l’étaient moins !

Frédéric Metz_Schlof_Montréal_Canada
Frédéric Metz_Schlof_Montréal_Canada


E.D. : Quelles sont vos influences, vos inspirations ?
E.V.D.B. : Le comportement humain, la lumière, le vert, la nature, le rire, les longs bains et les amis fous.
 
E.D. : Comment expliqueriez-vous l’art ?
E.V.D.B. : L’art est une thérapie. Sans l’art, les hôpitaux psychiatriques seraient pleins. En fait, ils le sont déjà. On devrait ouvrir plus de centres d’art. Ce n’est pas une idée si folle.

E.D. : Quel est votre matériau préféré en art et pourquoi ?
E.V.D.B. : Les matériaux inattendus. J’adore quand les designers vous obligent à observer plus longuement. Ça vous fait voir les choses sous un nouvel angle.  


Jacques Languirand_Schlof_Montréal_Canada
Jacques Languirand_Schlof_Montréal_Canada


Murale_Schlof_Montréal_Canada
Murale_Schlof_Montréal_Canada


E.D. : Que signifie pour vous le mot « écologie » ?
E.V.D.B. : Trouver des façons de se définir sans redéfinir la face de la Terre.

E.D. : Et le chic selon c'est...?

E.V.D.B. : Ce n’est pas la même chose pour tout le monde. Pour moi, c’est une cabane au milieu de nulle part avec une vue à moi seule.
    
E.D. : Quel directeur artistique / artiste / architecte / designer admirez-vous le plus ?

E.V.D.B. : Le mouvement de design DROOG au complet. Leurs créations sont pleines d’esprit. J’adore l’humour, c’est l’interaction dans sa forme la plus simple.

Oreiller fille_Schlof_Montréal_Canada
Oreiller fille_Schlof_Montréal_Canada


Oreiller garçon_Schlof_Montréal_Canada
Oreiller garçon_Schlof_Montréal_Canada


Sleeping beauty_Schlof_New York_USA
Sleeping beauty_Schlof_New York_USA


E.D. : Quelles sont vos griffes ou objets fétiches et pourquoi ?
E.V.D.B. : Je ne suis tellement pas du style « marques ». Je ne pourrais pas dormir avec un logo sur mon t-shirt. Je ne supporte pas les marques. J’aime les belles choses. Parfois, une marque perturbe mon jugement.

E.D. : Quelle ville te ressemble le plus et pourquoi ?
E.V.D.B. : Montréal. On est toujours deuxième, alors on essaye plus fort.

E.D. : Le projet de vos rêves ?
E.V.D.B. : Photographier de gens endormis à travers le monde, comme Poutine et Bush, et créer un immense lit où le monde entier pourrait dormir ensemble paisiblement.


Les oreillers_Schlof_Montréal_Canada
Les oreillers_Schlof_Montréal_Canada


Vitrines_Schlof_Montréal_Canada
Vitrines_Schlof_Montréal_Canada


E.D. : Quel est votre exemple préféré de l’utilisation de l’art dans des projets publicitaires ?
E.V.D.B. : J’ai vraiment aimé la publicité « Hate something change something » de Honda parce qu’elle utilisait des dessins animés pour communiquer un sujet très froid : les moteurs diesel. Avec une petite chanson sifflée, ils ont créé un message que les gens peuvent fredonner à travers le monde, rendant ainsi ce message contagieux. Jetez-y un coup d’oeil : www.honda.co.uk/change

E.D. : Quel projet d’art vous ne voudriez jamais designer et pourquoi?
E.V.D.B. : Cette question est aussi étrange que de penser à quelque chose que je ferais sans vouloir le faire…

E.D. : Quel est votre oeuvre préférée (en art, en photographie, en design) ?
E.V.D.B. : N’importe laquelle avec une idée.


Lit géant_Schlof_Montréal_Canada
Lit géant_Schlof_Montréal_Canada


Vitrine_Schlof_Montréal_Canada
Vitrine_Schlof_Montréal_Canada


Roxanne_Schlof_Montréal_Canada
Roxanne_Schlof_Montréal_Canada


E.D. : Qu’espérez-vous que votre travail (Schlof) apporte aux gens, à l’humanité ?
E.V.D.B. : Je veux seulement faire sourire les gens, les faire réfléchir à leurs habitudes de sommeil. Je veux que les gens apprécient la beauté naturelle à nouveau, qu’ils acceptent de ne pas toujours avoir le contrôle sur leur image, et qu’ils comprennent que la beauté se trouve au fond d’eux-mêmes.

E.D. : Quelle invention pourrait améliorer votre vie ?
E.V.D.B. : Une montre intégrée dans mon cerveau.

E.D. : Pourriez-vous décrire l’évolution de votre travail, de vos premiers projets à aujourd’hui ?

E.V.D.B. : Je me prends de moins en moins au sérieux.


Vitrine Sidlee_Schlof_Montréal_Canada
Vitrine Sidlee_Schlof_Montréal_Canada


Vitrine_Schlof_Montréal_Canada
Vitrine_Schlof_Montréal_Canada


E.D. : Quelle est la chose sans laquelle vous ne pourriez vivre ?
E.V.D.B. : L’air frais.

E.D. : Finalement, quels architectes / designers  / artistes du 21e siècle inviteriez-vous pour un dîner de rêve ?
E.V.D.B. : Spencer Tunick, pour qu’il m’explique comment il a réussi à tourner sa perversion (prendre des photos de foules nues) en art sans se faire enfermer.

www.sidleecollective.com