Vanity Fair Portraits : Photographies de 1913 à 2008
Vanity Fair Portraits
Photographies de 1913 à 2008
Lauren Schneider, le 13 juillet 2009
l’Institut de culture contemporaine (ICC) du Musée royal de l’Ontario (ROM) présente Les portraits de Vanity Fair : photographies de 1913 à 2008. Cette exposition, qui a attiré des foules records en Europe, regroupe 150 portraits, autant de la période légendaire de Vanity Fair que de l’époque actuelle, depuis la reprise de sa publication en 1983. Fruit d’une collaboration entre Vanity Fair et la National Portrait Gallery de Londres, elle a été montée par Terence Pepper, commissaire spécialisé en photographie à la National Portrait Gallery, et par David Friend, chargé de la création au Vanity Fair. Présentée par la Baie, l’exposition aura lieu à la Galerie Roloff Beny, au niveau 4 du Cristal Michael Lee-Chin. Seul endroit au Canada où l’on pourra voir cette exposition, le ROM est également sa première escale dans l’Est de l’Amérique du Nord.

Liza Minnelli_Mary Ellen Mark
Liza Minnelli_Mary Ellen Mark


Tout au long de ses 95 ans d’existence, Vanity Fair a contribué à façonner l’image que l’on se fait des grands noms de ce monde, et l’exposition rassemble des portraits fascinants des célébrités culturelles qui ont marqué les deux périodes d’existence du magazine. Ont posé pour les photographes du magazine des personnalités aussi diverses que Claude Monet, Amelia Earheart, Jesse Owens, David Hockney, Arthur Miller et Madonna, ainsi que des vedettes hollywoodiennes – Charlie Chaplin, Greta Garbo, Demi Moore et Tom Cruise. Dans ce magazine qui allie rigueur artistique et culture populaire, les portraits d’écrivains, d’artistes et d’inspirateurs de l’avant-garde côtoient ceux d’acteurs, de musiciens et d’athlètes, brossant ainsi un tableau vaste et saisissant de la culture et du divertissement.

Bette Davis_Condé Nast Archive
Bette Davis_Condé Nast Archive


« Nous sommes fiers de présenter Les portraits de Vanity Fair au ROM, a déclaré M. William Thorsell, directeur et chef de la direction générale du Musée royal de l’Ontario. Tout au long de son histoire, le magazine a reflété les tendances culturelles de son époque. Cette exposition réunit les témoins de la splendeur passée de Hollywood et ceux qui ont fait la une dans les milieux des arts, des affaires, de la politique et du sport et dont l’image a été saisie par certains des meilleurs photographes de l’histoire. Nous sommes reconnaissants à la National Portrait Gallery de Londres et à Vanity Fair de nous avoir donné la chance de présenter cette magnifique exposition au Canada. Elle sera le pivot d’une programmation sur le thème de la célébrité. » « Je suis ravi de savoir que l’exposition Les portraits de Vanity Fair fera escale au Canada, qui plus est, au Musée royal de l’Ontario, endroit merveilleux que j’ai visité étant enfant », a déclaré M. Graydon Carter, rédacteur en chef de la revue Vanity Fair.

Julianne Moore as Ingre's Grand Odalisque, NY_Michael Thompson
Julianne Moore as Ingre's Grand Odalisque, NY_Michael Thompson


À propos de l’exposition

La tenue de l’exposition Les portraits de Vanity Fair coïncide avec deux dates importantes : le 95e anniversaire de sa fondation et le 25e anniversaire du magazine moderne. Elle se décline donc en deux époques : celle de 1913 à 1936, et celle de 1983 à nos jours. Outre les portraits, l’exposition présente des numéros de Vanity Fair qui sont représentatifs de son histoire.

Créé en 1913 par Condé Nast, éditeur aux larges vues, et par Frank Crowinshield, futur rédacteur en chef, Vanity Fair a fait découvrir à son lectorat cosmopolite et cultivé une modernité qui brillait de tous ses feux en ce début de XXe siècle. La naissance du modernisme et du jazz, l’« Armory Show » de 1913, qui présentait au public américain ce qui se faisait de plus avant-gardiste dans le monde des arts, marquaient le début d’une ère plus complexe. Le magazine Vanity Fair est devenu un catalyseur culturel qui a révélé et suivi des artistes, personnalités et écrivains de l’époque.

Dès le début, Vanity Fair était la vitrine de ce qui allait devenir le moyen d’expression artistique le plus populaire du XXe siècle. Des portraits saisissants ont alors été réalisés sur commande par les grands photographes de l’époque. Edward Steichen (1879-1973), photographe en chef de la revue pendant 13 ans (de 1923 à 1936), a dominé la scène américaine en ce qui concernait le style, le bon goût et la célébrité. Il a pris des clichés inoubliables d’acteurs dont l’image, tant sur papier que sur écran, a marqué la culture populaire du premier quart du XXe siècle. L’exposition comprend plusieurs de ces portraits.

Legends of Hollywood_Annie Leibovitz
Legends of Hollywood_Annie Leibovitz


Le magazine publie depuis toujours des portraits et des textes de grands écrivains anglais, irlandais ou américains. Sa première phase a produit les photos désormais mythiques de figures telles que H.G. Wells, James Joyce, D.H. Lawrence, Rebecca West, Ernest Hemingway et George Bernard Shaw.

L’exposition offre également la chance rare de voir des portraits de géants du Jazz. Parmi les autres sujets qui ont posé pour le magazine pendant les Années folles, mentionnons Albert Einstein, Colette, Pablo Picasso et le dramaturge anglais Noel Coward, immortalisés par de fabuleux photographes, tels Martin Hölig, Cecil Beaton, Baron De Meyer, Man Ray et Edward Steichen.

Vanity Fair a cessé de paraître en 1936 et le silence a duré près d’un demi-siècle. Pourtant, au début des années 1980, époque de bouillonnement cosmopolite sur la scène culturelle, Condé Nast Publications a décidé de faire revivre le magazine, qui a de nouveau rempli sa mission : immortaliser l’image du jet set dont le talent, l’influence et l’esprit cultivé sont reconnus par la culture populaire. Le portrait photographique est donc redevenu le fondement visuel du magazine. Tina Brown, rédactrice en chef de 1983 à 1992, a imposé, aux côtés de portraits de célébrités, des reportages de très bonne tenue. En 1992, Mme Brown est passée au New Yorker et Graydon Carter a pris les rênes de Vanity Fair, où il a donné encore plus de place aux nouvelles et aux affaires internationales. Entre autres nouveautés, il a créé le numéro périodiquement consacré à Hollywood et la célèbre réception annuelle des Oscars.


Legends of Hollywood_Annie Leibovitz
Legends of Hollywood_Annie Leibovitz


La partie de l’exposition portant sur la période contemporaine montre à quel point le mensuel, dans sa nouvelle mouture, s’est inspiré des idées de son premier rédacteur, Frank Crowninshield, en s’adressant aux plus grands photographes portraitistes du monde : Helmut Newton, Nan Goldin, Herb Ritts, Harry Benson, Mario Testino, Bruce Weber et Annie Leibovitz, principale photographe de Vanity Fair depuis 1983. Mme Leibovitz, la plus célèbre créatrice d’images de sa génération, s’est fait connaître alors qu’elle travaillait pour le magazine Rolling Stone, dont elle deviendra la photographe en chef. Ses pages couvertures pour Vanity Fair nous ont donné des images inoubliables des grands noms de la culture populaire américaine.

Legends of Hollywood_Annie Leibovitz
Legends of Hollywood_Annie Leibovitz


Les photos des célébrités continuent de faire les manchettes. Rappelons-nous les couvertures qui montrent M. et Mme Reagan en train de danser (1985), une Demi Moore très enceinte (1991), un portrait très officiel du cabinet de la guerre d’Afghanistan du président Bush (2002) et, tout dernièrement, les nus des actrices Scarlett Johansson et Keira Knightley (2006). Le ROM expose en exclusivité le portrait, réalisé par Jonathan Becker, de Conrad Black et de sa femme Barbara Amiel.

Legends of Hollywood_Annie Leibovitz
Legends of Hollywood_Annie Leibovitz


Les portraits de Vanity Fair fascineront les visiteurs et leur feront traverser près d’un siècle d’histoire de la culture populaire. L’apogée du cinéma hollywoodien resplendit dans les portraits d’actrices américaines Gloria Swanson, Anna May Wong et les sœurs Gish, dans celui, lumineux, de Jean Harlow, trois ans avant sa mort, et dans ceux des stars adulées du grand écran Katharine Hepburn et Cary Grant. Clin d’œil à la modernité, au cœur de la vocation du magazine, l’âge d’or du jazz est représenté par les portraits légendaires de Louis Armstrong avec sa trompette et de la grande vedette Josephine Baker. L’exposition présente également des images inédites, dont un portrait de l’actrice Alice White par Florence Vandamm et un cliché, signé Emil Bieber, de George Grosz, artiste ayant vécu à l’époque de la république de Weimar.

Au XXIe siècle, nous voyons le regard des sapeurs-pompiers près de Ground Zero (2001), une image frappante de l’actrice Hilary Swank courant sur la plage (2004) et la couverture hollywoodienne d’Annie Leibovitz (2001) où posent Nicole Kidman, Catherine Deneuve, Meryl Streep, Gwyneth Paltrow, Cate Blanchett, Vanessa Redgrave, Kate Winslet, Chloë Sevigny, Sophia Loren et Penélope Cruz. Dans le monde de la musique, des portraits de Philip Glass (2002) et de Liza Minnelli (2002) côtoient ceux de Run DMC (2005) et de Radiohead (2000).

www.rom.on.ca