Skin + Bones: Parallel Practices in Fashion and Architecture : La première grande exposition muséale dédiée à la mode et à l'architecture
Skin + Bones: Parallel Practices in Fashion and Architecture
La première grande exposition muséale dédiée à la mode et à l'architecture
MOCA, le 21 novembre 2006
J Meejin Yoon
J Meejin Yoon

La principale exposition de cet hiver au Museum of Contemporary Art (MOCA) est la première grande exposition muséale sur les innombrables et éloquentes similarités qui existent entre le design de mode et l'architecture. Organisée par Brooke Hodge, curateur en architecture et design pour le musée, l’exposition Skin + Bones: Parallel Practices in Fashion and Architecture (La peau + les os : parallèles entre mode et architecture) se tient dans le bâtiment du musée conçu par Arata Isozaki, en plein centre de Los Angeles.

Organisation de l’exposition

À la fois exhaustive et pointue, Skin + Bones met en lumière les rapports et les parallèles entre la « peau » des surfaces extérieures et les « os » des structures de vêtements et de bâtiments réalisés depuis les 25 dernières années. 46 designers de mode et architectes les plus créatifs et les plus remarquables d’aujourd’hui seront représentés par plus de 300 objets : des robes haute couture originales et époustouflantes aux maquettes architecturales complexes, en passant par des installations grandeur nature. De nombreuses œuvres présentées n’ont jamais encore fait l’objet d'expositions aux États-Unis.

Hussein Chalayan
Hussein Chalayan

L’exposition occupera entièrement l’espace du musée, et l’installation muséale réalisée par les architectes new-yorkais Calvin Tsao et Zack McKown a été conçue de manière à souligner les innombrables connexions entre la mode et l’architecture. Les 60 mannequins de l’exposition ont, quant à eux, été fournis par Ralph Pucci International, première entreprise de fabrication de mannequins et de mobilier haut de gamme, basée à New York et à Los Angeles. MANIKIN, la gamme sélectionnée est l’une de ses dernières créations. Les modèles sont épurés, simples, modernes, sans visage et ont un fini brut qui s’accorde parfaitement aux designs minimalistes actuels.

Hussein Chalayan 01
Hussein Chalayan 01

Les années 1980

Skin + Bones prend pour point de départ le début des années 1980, période marquée par des événements significatifs qui ont contribué à une mutation formelle et culturelle à la fois dans le domaine de la mode et dans celui de l’architecture. Les designers de mode japonais Rei Kawakubo de Comme des Garçons, et Yohji Yamamoto ont pour la première fois présenté leurs collections de prêt-à-porter à Paris, en Avril 1981. Les vêtements de leur collection étaient surdimensionnés, souvent asymétriques et portaient intentionnellement des trous, déchirures et bordures non finies. Ils contrastaient radicalement d’avec les lignes élégantes et décoratives, près du corps et taillées en finesse, des collections présentées par la plupart des autres designers participant à cet événement. Ce printemps 1981 fut donc celui où les concepts établis de mode, de féminité et de beauté furent révolutionnés.

Hussein Chalayan 02
Hussein Chalayan 02


Hussein Chalayan 03
Hussein Chalayan 03


Disney Concert Hall
Disney Concert Hall

L’année suivante, l’architecte Bernard Tschumi gagnait le concours international pour la conception du Parc de la Villette à Paris. Avec ce projet et la collaboration avec l'architecte Peter Eisenman et le philosophe Jacques Derrida, qui en résulta, le grand public fut sensibilisé au concept de déconstruction. Comme les projets des designers japonais, il annonçait de nouvelles tendances téméraires et innovantes, qui bouleversèrent la façon dont les bâtiments et les vêtements sont perçus par le public.

Future Systems_Selfridges Bridge
Future Systems_Selfridges Bridge

En 1982, un autre événement d’importance a également contribué à la propagation de cette onde de choc dans les deux disciplines. Il s’agit de l’expostion Intimate Architecture: Contemporary Clothing Design (Architecture intime : une conception contemporaine du vêtement). Organisée par la commissaire d’exposition Susan Sidlauskas pour le Massachusetts Institute of Technology, et qui proposait pour la première fois une analyse des aspects formels de la mode d’un point de vue architectural.

Future Systems_Selfridges Bridge_détail
Future Systems_Selfridges Bridge_détail


Future Systems_Selfridges Bridge 01
Future Systems_Selfridges Bridge 01


Future Systems_Selfridges Bridge 02
Future Systems_Selfridges Bridge 02


Prada_détail
Prada_détail
Un champ nouveau

Alors que la relation entre l'art et la mode a fait l'objet de nombreuses expositions récentes, celle entre l'architecture et la mode retient encore trop peu l’attention. Pourtant, les stratégies et les techniques utilisées dans les deux disciplines se recoupent de plus en plus. Depuis les années 1980, les designers d’avant-garde qui considèrent les vêtements comme des constructions architectoniques sont plus nombreux, tandis que l’architecture se revêt audacieusement de formes et de matériaux nouveaux. Ces développements sont dus en grande partie aux maintes nouveautés technologiques qui ont révolutionné à la fois la conception et les modes de construction des bâtiments. Des techniques telles que le plissage, la couture, le pliage et le drapé font dorénavant partie du vocabulaire de l'architecture. Des vêtements d'une sophistication conceptuelle et d'une complexité structurelle inégalées jusqu'alors ont déferlé sur les pistes et dans les rues du monde entier.

Prada
Prada


Inside Out
Inside Out


Foreign Office Architects_Yokohama
Foreign Office Architects_Yokohama
Une exposition ambitieuse

Le MOCA, situé dans une ville réputée pour son architecture innovante, a toujours promu l'architecture contemporaine dans des expositions telles que Blueprints for Modern Living: The History and Legacy of the Case Study Houses (1989), At the End of the Century: One Hundred Years of Architecture (2000), The Architecture of R.M. Schindler (2001), What’s Shakin’: New Architecture in Los Angeles (2001), Frank Gehry: Work in Progress (2003) et Jean Prouvé: Three Nomadic Structures (2005). Il s’est également fait remarquer par l’exposition de certains des designers les plus importants de notre temps, tels que Ronan and Erwan Bouroullec (design industriel), J. Mays (design automobile) et Roy McMakin (design mobilier). Avec Skin + Bones, représente un projet encore plus ambitieux, puisqu’il d’embrasser en un même regard l’espace intime du vêtement et les structures bâties de l'espace public.

Foreign Office Architects_Yokohama
Foreign Office Architects_Yokohama


Junya Watanabe_CDG
Junya Watanabe_CDG


Hussein Chalayan
Hussein Chalayan
Skin + Bones présente les travaux de prestigieux designers d'aujourd'hui,  ainsi que ceux des jeunes talents prometteurs : Azzedine Alaïa, Hussein Chalayan, Comme des Garçons, Alber Elbaz for Lanvin, Tess Giberson, Yoshiki Hishimuna, Elena Manferdini, Martin Margiela, Alexander McQueen, Miyake Issey (formerly Issey Miyake), Narciso Rodriguez, Ralph Rucci, Nanni Strada, Yeohlee Teng, Isabel Toledo, Olivier Theyskens for Rochas, Dries Van Noten, Viktor & Rolf, Junya Watanabe, Vivienne Westwood et Yohji Yamamoto.

Shigeru Ban
Shigeru Ban

De même, qu’ils soient bien établis ou au début de leur carrière, les architectes présentés sont ceux dont le sens de l’innovation a marqué notre environnent bâti de façon indélébile : Shigeru Ban, Preston Scott Cohen, Neil Denari/NMDA, Diller Scofidio + Renfro, Winka Dubbeldam/Archi-Tectonics, Miralles Tagliabue/EMBT, Peter Eisenman, Foreign Office Architects, Future Systems, Gehry Partners, Zaha Hadid, Herzog + de Meuron, Toyo Ito, Jakob + MacFarlane, Greg Lynn FORM, Morphosis, Neutelings Riedijk, Jean Nouvel, Office dA, Rem Koolhaas/OMA, Kazuyo Sejima+Ryue Nishizawa/SANAA, Testa & Weiser, Bernard Tschumi, Wilkinson Eyre et J. Meejin Yoon.

Morphosis_Sun Tower
Morphosis_Sun Tower
Genèse de l’exposition

L’exposition, ainsi que la publication qui l’accompagne, a nécessité six ans de préparation. Le curateur Brooke Hodge en décrit ainsi la genèse : « Au cours de mes recherches [pour une autre exposition dédiée à la firme japonaise d’avant-garde dirigée par Rei Kawakubo, Comme des Garçons], j’ai été fascinée non seulement par les similitudes visuelles entre les vêtements et les bâtiments, mais aussi par la pertinence de la terminologie architecturale pour décrire les vêtements. J’ai également été impressionnée par le désir de Kawakubo de créer un environnement global pour ses œuvres, un environnement qui, au-delà des vêtements, embrasserait les espaces de vente, la communication graphique et le mobilier. En cela, sa démarche rappelait celle des membres du Wiener Werkstatte ou du Bauhaus, qui se sont efforcés de créer une synthèse des arts (gesamtkunstwerk). Il peut être surprenant de trouver des points communs entre l’architecture et la mode, étant donné leurs différences flagrantes : la mode est souvent éphémère, superficielle, et utilise des matériaux souples et fluides; l’architecture, quant à elle, est souvent considérée sous son aspect monumental et sa permanence, et elle a recours à des matériaux robustes et rigides. Si l’on met de côté leurs différences de dimensions, d'échelles et de matériaux, on se rend compte que la conception architecturale autant que le design de mode ont pour point de départ le corps humain. Fondamentalement, ces deux disciplines ont pour mission de le protéger et de l’abriter, tout en constituant un moyen d’expression de notre identité individuelle autant que politique, religieuse ou culturelle. »

Hussein Chalayan
Hussein Chalayan


NMDA_HL23
NMDA_HL23


Jusqu'au 5 mars 2007