David LaChapelle : Rétrospective
David LaChapelle
Rétrospective
Gianni Mercurio + Fred Torres, le 9 février 2009
David Lachapelle/Amanda as Andy Warhols Marilyn_2002
David Lachapelle/Amanda as Andy Warhols Marilyn_2002


À travers cette grande rétrospective le public pourra découvrir la complexité du travail de ce grand photographe reconnu en 1996 comme le meilleur photographe de l’année par la revue française Photo ainsi que American Photo magazine. Les clichés les plus connus de l’artiste seront exposés : les portraits de grandes célébrités, les scènes qui reflètent, exposent et commentent le « culte » de la personnalité, la perversité de la culture populaire, le monde des stars hollywoodiennes, le sensationnalisme de la vanité et de la gloutonnerie réalisées pendant ces 25 dernières années. De plus, et pour la première fois, seront présentées des séries inédites créées récemment, qui montrent le travail de l’artiste sur des « scènes » et des recréations de la condition humaine plus historiques et visionnaires. Ainsi, deux séries traitent le sujet de la famille humaine dans la catastrophe et la perte, à la recherche du salut et du divin - la série Eveils (Museum, Statue, Cathedral) est inspirée du récit du grand Déluge de la Genèse, - la série Deluge est inspirée du chef d’oeuvre de Michel-Ange réalisé à la Chapelle Sixtine.

David Lachapelle/Madonna_Time Lapse Photograph_Spiritual_Value,1998
David Lachapelle/Madonna_Time Lapse Photograph_Spiritual_Value,1998


Enfin, en exclusivité et pour la première fois en Europe, le public pourra découvrir la toute dernière nouvelle série réalisée en 2008 qui s’intitule Présages d’Innocence (en référence au poème de William Blake Auguries of Innocence). Cette série fait prevue d’une démarche très innovante de l’artiste qui repousse les frontières de la Photographie pour travailler sur des scènes ou installations grâce à l’utilisation de modes de fabrication à la fois industriels et de haute technologie, pour créer des tableaux où le regard du photographe passe de la 2D à la 3D, faisant ainsi naître une participation et une expérience actives du public grâce au dynamisme créé par la collision de l’image et de la forme, de la forme et du contenu.

David Lachapelle/Cathedral_2007
David Lachapelle/Cathedral_2007


David Lachapelle/When the World Is Through_2005
David Lachapelle/When the World Is Through_2005


David Lachapelle/David Bowie_ Eyes  that cannot see_1995
David Lachapelle/David Bowie_ Eyes that cannot see_1995


Cette superbe exposition est née d’une diligente relecture critique du travail de l’artiste par les deux commissaires : Gianni Mercurio, un des plus importants commissaires d’expositions monographiques réalisées ces dernières années en Italie (Andy Warhol, Keith Haring, Basquiat, etc...) et Fred Torres, agent et commissaire des expositions de David LaChapelle depuis plus de 20 ans. Fred Torres, coorganisateur de cette exposition, travaille avec David LaChapelle depuis quinze ans. Après avoir commencé comme producteur exécutif des photos de LaChapelle, Torres est actuellement l’agent qui gère et promeut l’art de LaChapelle dans le monde. La rétrospective de David LaChapelle est montrée par un parcours organisé selon des thématiques connues ou inédites telles que Star System, Le Rêve évoque le Surréalisme, Destruction et Désastre et Après le Pop ou de nouvelles thématiques jamais montrées au public tel que Le Déluge qui inclut des sous-thèmes comme Museum, Cathedral, Statue et Awakened. L’exposition montre également des clips vidéos musicaux réalisés par le photographe ainsi que le making-off de la nouvelle série Déluge.

David Lachapelle/Elton John, Never Enough Never Enough_1997
David Lachapelle/Elton John, Never Enough Never Enough_1997


DELUGE
Sont exposés les derniers travaux de David LaChapelle. Deluge est inspiré du déluge universel, peint par Michel-Ange dans la Chapelle Sixtine. L’artiste y dénonce la course à la consommation avec un attachement effréné aux biens matériels ainsi que la chute des valeurs universelles telles que l’alliance entre le peuple et la piété : - Deluge reprend le déluge universel, - Museum est un discours sur le système actuel de l’art et le concept de propriété, - Cathedral dénonce la perte de la spiritualité, - Awakened (réveil) affirme la possibilité d’une renaissance universelle pouvant se faire à travers le destin individuel.

HEAVEN TO HELL
Cette série prend le nom du dernier livre édité par Taschen, qui clôt la trilogie LaChapelle Land (1996) et Hotel LaChapelle (1999). Elle présente une série de trois photographies qui mettent le spectateur face à la mort, thématique qui est présente dans nos vies quotidiennes que ce soit de près ou de loin.


David Lachapelle/Leonardo DiCaprio_Nostalgic Styling_1996
David Lachapelle/Leonardo DiCaprio_Nostalgic Styling_1996


MEDITATION
La propension de LaChapelle pour les thèmes transcendants tels la présence du divin dans l’espace du quotidien ou l’inévitable moment de la mort sont bien représentés dans cette thématique qui appartient aux séries Jésus is my Home boy et What will you wear when you are dead.


David Lachapelle/Jeff_Koons-Sandwich_2001
David Lachapelle/Jeff_Koons-Sandwich_2001


RECOLLECTIONS IN AMERICA
Cette thématique est constituée de clichés acquis par le photographe datant des années 1970. Ils représentent des groupes d’amis chez eux pendant des fêtes familiales. LaChapelle a manipulé ces images en y insérant des objets et des personnages, transformant ainsi le contexte de l’image originale. Il analyse avec ironie la crise de la classe moyenne américaine et ses valeurs.

ACCUMULATION
La poussée vers le bien-être est ici traduite par la culture et le capitalisme avancé (accès facile à la consommation). Ces conditions rassemblées font apparaître une sorte de névrose compulsive dirigée vers l’accumulation : acquérir, collectionner des objets anodins est caractéristique de changements interpersonnels qui montrent les comportements typiques d’une société occidentale dont David LaChapelle fait le portrait impitoyable et ironique.


David Lachapelle/The House at the endof the world_2005
David Lachapelle/The House at the endof the world_2005


DESTRUCTION & DESASTERS
Cette thématique rassemble une série de travaux réalisés à différentes dates mettant en scène des visions apocalyptiques et de destructions. Réalité et imagination se mêlent dans la composition de paysages dévastés par des catastrophes naturelles ou technologiques, par la diffusion rapide des épidémies mais aussi par la fureur d’un moment où l’individu se révolte contre des objets ou des personnes.

DREAM EVOQUES SURREALISM
L’inclinaison vers la dimension onirique et l’évasion de la réalité caractérise une grande partie du travail de David LaChapelle. Cette thématique rassemble quelques images plus irréelles où le fantastique se mêle avec une poétique paradoxale.


David Lachapelle/Collapse in a Garden_1995
David Lachapelle/Collapse in a Garden_1995


PLASTIC PEOPLE
La série montre le thème du culte du corps. La passion pour le fitness, le bodybuilding ainsi que toute autre pratique consacrée à obtenir un physique bien modelé : une passion qui, menée à l’excès, dégénère en un syndrome obsessionnel.

EXCESS
Cette thématique présente la réinterprétation du glamour. Vices et obsessions s’entrelacent dans un monde centré sur un personnage célèbre. LaChapelle, qui dans ses travaux n’exprime jamais une position moraliste, met en scène fantaisie et inclinaison sexuelle, exhibitionnisme et attitudes violentes, indiquant ainsi comment les excès sont étroitement liés au désir d’assurance de soi-même.


David Lachapelle/Awakened Jesse-2007
David Lachapelle/Awakened Jesse-2007


CONSUMPTION
Si un des moteurs de la vie est le désir, sa satisfaction peut générer les semences de la désillusion où l’on finit progressivement par détruire tant l’objet désiré que la personne qui le désire. La consommation (qui est aussi synonyme en langue anglaise de consomption) est donc le début et la fin d’une dynamique sociale qui pousse l’individu vers l’acquisition des biens matériels et donc à se retrouver sous l’emprise de sa propre obsession de possession.


David Lachapelle/Awakened_Sara_2007
David Lachapelle/Awakened_Sara_2007


STAR SYSTEM
L’image publique est, pour chaque personnage célèbre, l’identité la plus marquante. LaChapelle, conscient de cela, choisit pour ses photos les aspects de la personnalité qui décrivent un mode exubérant, narcissique et une attitude exhibitionniste de la personne appartenant au star system. L’exposition montrera aussi des vidéos clips musicaux réalisés par LaChapelle pour des rocks star comme Elton John, Robbie Williams, Gwen Stephani, Britney Spears, Jennifer Lopez et Christina Aguilera.


David Lachapelle/Awakened_Abigail_2007
David Lachapelle/Awakened_Abigail_2007


POP AFTER POP
Pour LaChapelle, la culture pop trouve une correspondance immédiate avec un langage adressé à un large public. Dans ces travaux, nous retrouvons l’environnement du Pop Art avec une nouvelle adaptation, inspirée directement de l’iconographie de James Rosenquist, Claes Oldenburg, Tom Wesselmann, Allen Jones, Richard Hamilton, Wayne Thiebaud et naturellement Andy Warhol.


David Lachapelle/Milk Maidens_1996
David Lachapelle/Milk Maidens_1996


AUGURIESOF INNOCENCE
En exclusivité et pour la première fois en Europe sera présentée cette toute dernière nouvelle série réalisée en 2008. Le regard du photographe passe de la 2D à la 3D, faisant ainsi naître une participation et une expérience actives du public.


David Lachapelle/NaomiCampbell_Bon Apetite_1999
David Lachapelle/NaomiCampbell_Bon Apetite_1999


David LaChapelle Bio_Express

Né en 1963 à Fairfield dans le Connecticut, David LaChapelle est l’un des plus grands photographes de mode de ces dernières années. Son premier cliché serait une photographie de sa mère, Helga LaChapelle en bikini et un verre de Martini à la main, sur un balcon de Puerto Rico. Ce fut le déclenchement de sa passion. En 1977, il s’inscrit à l’École des arts de Caroline du Nord avec l’idée de devenir peintre ou illustrateur. Mais la photo l’a déjà imprégné et son choix s’affirme en photographiant ses camarades d’école. L’année suivante, il tente sa chance à New York. A son arrivée, David LaChapelle s’inscrit dans l’association des étudiants d’arts et à l’École des arts visuels. Parallèlement, il est serveur au mythique Studio 54, vit dans une auberge de jeunesse, fréquente les paumés, les drogués. Dès 1982, Andy Warhol, alors rédacteur en chef du magazine branché Interview, publie ses premières photos de nus anonymes. Il n’a alors que 19 ans. Warhol et le pop art vont profondément le marquer. Aujourd’hui, il a photographié les plus grandes icônes, stars, vip (Pamela Anderson, Marilyn Manson, Hillary Clinton, Leonardo DiCaprio, Naomi Campbell, David Bowie, Smashing Pumpkins, Red Hot Chili Peppers, Tupac Shakur, Elton John, Jeff Koons, Paris Hilton, Tori Amos, Jude Law, Gael Garcia Bernal, Alicia Keys, Bjork, Cher, Elizabeth Taylor, Uma Thurman, Muhammad Ali, David Beckham, Madonna, Eminem,… et la transexuelle Amanda Lepore qu’il présente comme sa muse ), a fait les couvertures des plus grands magazines (Rolling Stone, Vanity Fair,…), réalisé des clips (pour Joss Stone, Christina Aguilera, Amy Winehouse, Britney Spears, Norah Jones,…), des films documentaires (Rize), des publicités (H&M, Burger King’s, Desperate Housewives).


David Lachapelle/Pamela Anderson-Voluptuous Attentions_2001
David Lachapelle/Pamela Anderson-Voluptuous Attentions_2001


Ses photos se distinguent essentiellement par la vivacité de leurs couleurs (qui est obtenue au tirage, par l’utilisation de négatifs couleurs), des décors bariolés, par des mises en scène très soignées et pouvant être très importantes : un musée inondé, des maisons détruites, des carambolages de voitures, des ours,… LaChapelle utilise très peu de trucages numériques : « C’est beaucoup plus drôle, si on veut photographier une fille assise sur un champignon de fabriquer le champignon et de l’asseoir dessus, que de le faire à l’ordinateur. De même si on veut mettre une fille nue et un singe en plein Time Square... ». Ses influences vont de la peinture baroque au pop art, en passant par le porno chic (abondance de corps nus). De ses années de galère, au début des années 80, il a extrait son style : monter des situations, rendre la vie artificielle, soigner ses décors dans les moindres détails. Tout cela vise à mettre à distance une réalité trop lourde à porter. Car s’il fait poser ses modèles dans des endroits pas toujours idylliques, immeubles délabrés, fast-food, salle d’accouchement, bureau, étal de viande… l’objectif est unique : exalter la beauté et le glamour. David LaChapelle fait parti des 10 plus grands noms de la photographie de mode classés par le magazine américain American Photo.

David Lachapelle/Xenophobia_1997
David Lachapelle/Xenophobia_1997


www.monnaiedeparis.com