Ray Caesar & Kosta Kulundzic : Les Outsiders
Ray Caesar & Kosta Kulundzic
Les Outsiders
Fanny Giniès, le 9 février 2009
Ray Caesar_Descent, 2008
Ray Caesar_Descent, 2008


Ray Caesar

De retour en Europe, Ray Caesar présente ses dernières oeuvres. Mélangeant à la fois surréalisme et références à la peinture classique, il nous emporte dans un monde unique et sans limites Ray Caesar aime brouiller les pistes et intriguer ses spectateurs dans aller et retour permanent entre passé et futur. Ses créations numériques possèdent un grain typique des peintures à l'huile du XVIIIe siècle. Mais elles mettent aussi à l'honneur toute une machinerie infernale qui fait penser à la naissance de l'industrie au XIXe siècle. Une atmosphère que ne renieraient pas les romantiques allemands de ce même siècle ! Ray Caesar crée un univers fantastique, sinistre et plein d'espoir où des personnages énigmatiques rayonnent d'une étrange sérénité. Avec des membres biomécaniques, ces protagonistes à la sensibilité victorienne semblent venir de l'au-delà, d'un univers de science-fiction fait de paysages étonnants. Son travail, à la fois futuriste et suranné est marqué par l'influence de Frida Kahlo, Salvador Dali, ou encore Paul Cadmus. Ray Caesar a principalement exposé aux Etats-Unis, en Australie et au Canada.


Ray Caesar/Day break above, 2008
Ray Caesar/Day break above, 2008


Ayant travaillé par le passé au département d'Art et de Photographie de l'Hôpital des Enfants Malades de Toronto, Ray Caesar est très touché par la condition des enfants, la reconstruction chirurgicale, la psychologie et la recherche médicale. Comme l'explique l'artiste lui même, "je me réveille souvent au milieu de la nuit et réalise que je suis égaré dans les couloirs d'un hôpital géant. L'univers de Ray Caesar est à la fois rococo, surréaliste et futuriste. Dans le monde étrange qu'il dépeint à coup de tirages numériques la mécanique joue un rôle central. Le visiteur se perd dans ce monde étrange et merveilleux où semble régner la technique. Il est clair pour moi que c'est le lieu de naissance de tout mon langage plastique. "Ainsi, ses images empreintes de rêveries s'inspirent de cet univers tout en faisant référence aux travaux de Frida Kahlo, Salvador Dali, ou encore Paul Cadmus.

Ray Caesar/Day break, 2008
Ray Caesar/Day break, 2008


Ray Caesar/Eternity, 2008
Ray Caesar/Eternity, 2008


Kosta Kulundzic/Judith_2009
Kosta Kulundzic/Judith_2009


Kosta Kulundzic - Judith

Découvrez la nouvelle série d'oeuvres de Kosta Kulundzic intitulée Judith, Le féminin absolu ou vas-y coupe petite. Judith n'est pas simplement une héroine biblique, elle est un piège mortel, une tueuse sublime, la fin annoncée. De l'aveu de l'artiste, ce qui fascine, c'est moins son triomphe que sa capacite à séduire, à tromper sans jamais défaillir pour finir les mains pleines de sang. Oui, Judith n est pas que le symbole de la victoire sur l'oppression, elle est le féminin absolu. Elle est celle que le mâle veut et craint, celle qui subjugue.

Kosta Kulundzic concentre son travail sur la présence de la croyance et du mysticisme dans notre société, avec pour désir de mettre à plat les liens et les imbrications entre la modernité et la foi. S'appuyant sur des textes de la bible qu'il transpose aujourd'hui tout en mettant en scène des proches, Kosta nous renvoi une image optimiste et tendre de la religion dépourvue de toute culpabilité. Né le 1er juillet 1972 (Vit et travaille à Paris), Kosta Kulundzic, artiste franco-serbe, vit et travaille à Paris. Diplômé de l'école d'architecture Paris La Seine, il s'est très vite orienté vers l'image et surtout la peinture. Il fréquente alors l'atelier Velickovic aux Beaux-arts (où il enseigne actuellement).

Kosta Kulundzic/Judith_2009
Kosta Kulundzic/Judith_2009


Kosta Kulundzic concentre son travail sur la présence de la croyance et du mysticisme dans notre société, avec pour désir de mettre à plat les liens et les imbrications entre la modernité et la foi.  Petit-fils d'un pope orthodoxe et venant d'un pays déchiré par les guerres religieuses, Kosta a été bercé par le dogme chrétien et le poids du martyr. Spectateur impuissant de cette vieille relation entre le sang et les religions, il s'est toujours posé cette question : laquelle de ces deux choses entre la croyance et le sacrifice sert le plus l'autre ? La religion quelle qu'elle soit a-t-elle besoin de renouveler les suppliciés pour renforcer la dévotion. La société moderne produit ses mythes et ses héros, elle offre une quantité inestimable d'idoles et d'images liées à l'adoration.


Kosta Kulundzic/Judith_2009
Kosta Kulundzic/Judith_2009


Kosta entre dans ces mécanismes créateurs d'icônes pour donner naissance à des personnages mystiques, des divinités remaniées et gentiment chahutées, qui semblent plus proches de nous et chargées d'une nouvelle grâce.  S'appuyant sur des textes de la Bible qu'il transpose aujourd'hui tout en mettant en scène des proches, Kosta nous renvoie une image optimiste et tendre de la religion dépourvue de toute culpabilité. La peinture de Kosta, très figurative, s'inspire du " quattrocento " et se présente comme une transposition de scènes de l'évangile à notre époque, soulignant ainsi les traits d'une société dont les travers se renforcent avec les siècles, où le temps passe et rien ne change.  Kosta a exposé de nombreuses fois en Europe ; remarqué pour ses grands formats, il est invité à peindre des fresques à New-York en collaboration avec la troupe de danse de Savion Glover. Il participe au film de Jean Jacques Annaud : " Sa Majesté Minor", et à la Nuit Blanche 2006.

Kosta Kulundzic/Judith_2009
Kosta Kulundzic/Judith_2009


Kosta Kulundzic/Judith_2009
Kosta Kulundzic/Judith_2009


Kosta Kulundzic/Judith_2009
Kosta Kulundzic/Judith_2009


www.magda-gallery.com