Aldo Cibic : L'anti-Archistar…
Aldo Cibic
L'anti-Archistar…
G.T., le 22 septembre 2008
Aldo Cibic a fondé l'agence Cibic & Partners en 1989 en travaillant, aussi bien en Italie qu'à l'étranger, dans le secteur du design d'intérieur et du dessin industriel. Il enseigne à la Domus Academy, à l'école polytechnique de Milan et à la Faculté de Design de l'IUAV de Venise. Il est par ailleurs professeur honoraire à la Tongji University de Shanghai.

Aldo Cibic
Aldo Cibic


Quelques heures avec Aldo Cibic

G.T. : Je voudrais commencer par une question sur les limites du projet, de l'architecture, aussi bien typologiques que relatives à la valeur, à savoir les demandes et les réponses que le projet contemporain arrive à donner... en quelques mots bien sûr.



Aldo Cibic : J'ai toujours agi personnellement, tu sais, en faisant ce que je désirais. J'ai toujours essayé de faire coïncider disons le " client " avec mes propres rêves et mes propres désirs, c'est-à-dire que je me base toujours sur l'observation de la réalité, pas nécessairement en lisant les journaux mais en tâchant en tant qu'architecte, designer et urbaniste d'être le lecteur d'une réalité, d'avoir le rôle de métaboliser ces processus, en essayant de les traduire en projets. Je veux dire par là que je préfère comprendre le monde contemporain, l'époque que nous sommes en train de vivre, me faire une idée mais aussi comprendre le futur. Il n'y a pas une inflation de pensée à l'heure actuelle, nous ne sommes pas submergés par la vision de ce que sera l'avenir. Pour en revenir à notre sujet, je pense que nous sommes dans une situation très fluide et il est intéressant de comprendre vers quel monde nous allons, ce qui amène à comprendre ce qu'il y a de différent par rapport aux catégories fixes de projets, comme tu le disais tout à l'heure.


Aldo Cibic & Partners
Aldo Cibic & Partners


G.T. :  À propos du rôle de l'Archistar, il est vrai que l'architecte doit comprendre ce qui se passe, photographier le contemporain, chercher des réponses si possible projetées vers le futur. Nous avons encore assisté à des positions très fixes sur le rôle de l'Archistar, comme protagoniste presque héroïque, lors de l'UIA récent de Turin. Crois-tu que l'architecte ait ce rôle ou penches-tu davantage pour le partage des responsabilités ?



A.C. : En ce qui me concerne, je ne crois absolument pas au rôle d'archistar. Je voyage beaucoup, je vois plein de choses et ne suis pas du tout une star de l'architecture. Je crois que l'approche correcte ne soit pas de vouloir comprendre comment vont les choses mais d'avoir une stratégie " politique " ou administrative en amont. Une véritable stratégie pluraliste et partagée. Notre travail pour Microrealities a été un projet sur les lieux et les personnes, c'est-à-dire sur les actions des personnes qui créent les lieux. Cela veut dire qu'il faut que quelqu'un explique/ indique ce qui doit se passer dans ces lieux que l'on projette à l'architecte en lui confiant le travail. Il faut prévoir quelles sont les retombées positives sur la collectivité. Encore mieux, quelles sont les choses qui peuvent améliorer notre vie ? Tu tâches de les voir, de les comprendre, de les analyser, tu construis une histoire, une stratégie et tu décides les démarches à faire pour que cela puisse être réalisé de façon organique et harmonieuse. C'est ici que le concept d'Archistar perd son sens car le signe d'un objet devient dans ce cas plus important que les conditions qui l'ont engendré.



Coco Bordlampe_Foscarini by Aldo Cibic
Coco Bordlampe_Foscarini by Aldo Cibic


G.T. : Tu es en train de travailler à un gros projet de recherche, un vrai centre de recherche. Comme l'as-tu conçu ?



A.C. : Exactement comme Microrealities, que nous avons présenté il y a quatre ans à la Biennale de Venise, une recherche faite sur quatre projets, trois sur les banlieues et un sur les loisirs, au milieu de la verdure, en suscitant l'intérêt des clients et des institutions qui nous ont ensuite contactés pour les réaliser. Ce que nous voulons faire, c'est nous identifier en tant que provocateurs de modèles, de projets. Le centre de recherche n'est pas une école mais l'idée de fonder des projets avec un nom et un prénom, sur lesquels construire une équipe de travail.


tabouret-lumineux-porcino-light-serralunga-aldo-cibic
tabouret-lumineux-porcino-light-serralunga-aldo-cibic


G.T. : Tu viens de citer deux mots clé : équipe et école. Parles-nous de ton activité didactique et du partage du travail. Comment arrives-tu à impliquer les personnes dans un projet ?



A.C. : Je viens par exemple de terminer un cours à l'IUAV de Venise, justement centré sur cette question de la recherche. 30 professeurs venus du monde entier et 2 000 étudiants... nous avons fait ce que l'on appelle " Futurealities : un Campus au milieu des champs ". Il se base sur le désir, l'idée de trouver des lieux où réaliser des projets mais aussi recommencer à valoriser le territoire, lier le design, le projet architectural, etc. à cette réalité.Ce qui m'intéresse comme perspective dans la vie, comme ça a été le cas pour des personnes très importantes, en particulier Wright, c'est d'étendre le projet à la qualité de ma propre vie. L'indépendance alimentaire qu'il peut créer...




tabouret-lumineux-porcino-light-serralunga-aldo-cibic
tabouret-lumineux-porcino-light-serralunga-aldo-cibic


G.T. : Un retour à la terre...



A.C. : En quelque sorte, toute la vie est une élaboration de projets. L'idée communautaire, partager des expériences... me fascine.



G.T. : Comment arrives-tu à impliquer autant de personnes ?




A. C. : Avec l'interdisciplinarité ! Ça m'intéresse surtout comme condition de départ pour créer des projets qui deviennent réels. Je ne suis pas un utopiste. Je suis heureux de faire asseoir les gens autour d'une table. Nous étions 20 ici ce matin pour un concours.




Aldo Cibic’in katkılarıyla
Aldo Cibic’in katkılarıyla


G.T. : Une question un peu idiote pour finir... Quelle est la maison la plus belle du monde pour Aldo Cibic ?



A.C. : Je suis bien chez moi ! J'ai vieilli. La maison la plus belle est la condition que l'on se crée. Je suis locataire d'une très belle maison qui donne sur un jardin à l'italienne, avec des milliers de roses. Une petite maison toute simple, avec une pelouse et un arbre arrive même à m'émouvoir parfois. Avoir un endroit où s'asseoir pour écrire sous une pergola... il s'agit plus d'une idée de condition que d'une idée architecturale.




Bisazza by Aldo Cibic
Bisazza by Aldo Cibic


G.T. : Je m'étais juré de ne pas te poser cette question mais je te la poses quand même. Comment le vocabulaire de l'architecture a t'il changé, au niveau des matériaux, par rapport à l'époque où tu as commencé à travailler ? Qu'il s'agisse de plastique ou de matériaux recyclés, y a t'il des solutions intéressantes et performantes...



A.C. : Si un client se présente aujourd'hui et veut réaliser un certain nombre de mètres carrés, il faut forcément se demander quelle destination aura l'édifice, sans pour autant abuser du mot durabilité. Si c'est moi qui détermine le projet, celui-ci doit respecter l'environnement, il doit créer un style de vie vertueux. C'est justement cela le défi de notre époque, créer un style de vie vertueux. Certaines personnes s'enrichiront énormément mais ce ne sera pas la majorité. Nous aurons une vie qui ne sera pas facile. Le mot d'ordre doit désormais être la solidarité, le partage. Les matériaux du projet doivent par conséquent s'adapter à ce nouvel état.
Je crois qu'il y a toujours une raison pour tout.


Bisazza Bench by Aldo Cibic
Bisazza Bench by Aldo Cibic


G.T. : Merci

A.C. : 

Merci à vous.





Coco Bordlampe_Foscarini by Aldo Cibic
Coco Bordlampe_Foscarini by Aldo Cibic


Cibic & Partners

Cibic & Partners, une agence bien connue d'architecture et de design, a été fondée à Milan à la fin des années quatre-vingt. Elle travaille depuis plus de dix ans dans de nombreux pays du monde. C'est une réalité composite qui s'occupe, par choix et vocation, de projets en tout genre : architecture, intérieurs, design et multimédia.
Cibic & Partners est dirigée par quatre associés : Aldo Cibic est le pilier conceptuel de l'agence, avec Luigi Marchetti et Chuck Felton, auquel sont reliés les groupes de travail consacrés aux différents projets.
 Antonella Spiezio en est le centre stratégique dont dépendent l'organisation et la gestion des ressources humaines et financières.
 Ces quatre associés sont aidés par un groupe d'architectes, de designers, de graphistes, de dessinateurs industriels et par de nombreux collaborateurs externes ayant une culture et une profession différentes. 
Le résultat est un milieu stimulant et dynamique qui vise à réaliser des projets solides et innovateurs.
 La capacité conceptuelle et d'organisation sont les deux aspects déterminants qui font de l'agence un partenaire créatif et fiable pour les principaux Groupes au niveau mondial.




Aldo Cibic sculpture
Aldo Cibic sculpture


ALDO CIBIC

_Architecte et designer né à Schio (Vicence) en 1955.
Il se transfère en 1977 à Milan pour travailler avec Ettore Sottsass, dont il devient l'associé en 1980.
Sortie de la collection Memphis en 1981 dont Cibic est un des designers et fondateurs.
Il décide en 1989 de suivre sa propre voie en fondant l'agence Cibic&Partners et en commençant une activité de recherche avec les écoles.
 Les principales activités ont désormais lieu à Milan, avec Cibic&Partners (www.cibicpartners.com), pour les grands projets d'architecture et d'intérieur, et à Vicence, avec CibicWorkshop (www.cibicworkshop.com), pour le design et l'activité de recherche, orientée vers le développement de nouveaux types de projets. Il enseigne par ailleurs à la Domus Academy et au cours pour le diplôme en Dessin industriel de la Faculté d'Architecture de l'école polytechnique de Milan et de la Faculté de Design de l'Institut Universitaire d'Architecture de Venise.
 Il est professeur honoraire à la Tongji University de Shanghai.



ANTONELLA SPIEZIO

_Elle est née à Torre Orsaia (Sa) en 1966.
 Elle suit dès l'âge de 19 ans deux routes parallèles qui se complèteront progressivement, en lui permettant de devenir une professionnelle polyvalente et complète : elle fait ses études d'Économie (en obtenant son diplôme à Milan en 1997) et travaille dans le Studio Sottsass Associati en qualité d'assistante d'Aldo Cibic, où ressortent immédiatement ses qualités d'organisation et managériales.
 Elle devient en 1989 un des membres fondateurs et l'administrateur délégué de Cibic & Partners, un poste qu'elle occupe encore actuellement.
 C'est le centre stratégique de l'agence dont dépend la gestion des ressources humaines et financières ; grâce à sa forte personnalité de manager, qui s'est développée au sein d'un milieu très créatif, elle organise également de façon efficace les travaux dont elle suit le développement, la gestion, l'évolution et l'activité quotidienne.
 Elle est mariée et a deux filles.



LUIGI MARCHETTI

_Il est né à Livourne en 1967 et a obtenu son diplôme d'architecte à l'Université de Florence en 1992. Il a été assistant de la chaire de Conception architecturale à l'université de Florence de 1992 à la fin de 1993.
Il a ensuite travaillé pour son compte en réalisant de nombreuses interventions de restructuration, aussi bien d'appartements que de bureaux.
Il se transfère ensuite de la Toscane à Milan où il commence à collaborer avec Aldo Cibic à différents projets à New York (Pepe Jeans, bureaux et salles d'exposition), en Turquie (Beymen Department Store et restructuration de la zone Executive de la Bourse d'Istanbul) et en Angleterre (Magasins Habitat).
 En 1995, il entre comme Directeur des travaux dans l'agence Cibic & Partners, où il signe les principaux projets d'architecture réalisés par cette dernière, avant de devenir un des associés en 2002. 
Il est actuellement responsable des projets d'architecture de l'agence : il vient en effet de rénover la façade des grands magasins La Rinascente à Milan et s'occupe du projet et de la direction artistique de l'aménagement de la Xe Biennale d'Architecture à Venise. 
Il est en train de restructurer deux immeubles à Rome et à San Quirico d'Orcia et un maison à Castiglione d'Orcia, tout en suivant le projet Milano Santa Giulia qui comprend un hôtel, des bureaux et des espaces commerciaux.



CHUCK FELTON

_Né à New York en 1958, il a obtenu son diplôme à la Faculté de Sciences de la Yale University en 1980 et un Mastère en Architecture à la Columbia University School of Architecture and Urban Planning en 1984. Il a collaboré durant ses études avec Steven Holl Architects et Robert Stern Architects. 
Il commence son activité, toujours à New York, en travaillant sur des édifices publics, commerciaux et résidentiels. Il se tourne en tant que conseiller de design vers l'industrie aérospatiale et high-tech, la réalisation de centres pour les arts et de décors pour le théâtre et le cinéma et vers la scénographie.
 Son activité didactique débute en 1984, d'abord comme membre du Jury et professeur à la Columbia University, au Pratt Institute et à la Parsons School of Design et ensuite comme professeur associé au College of the City de New York.Il collabore depuis 1997 avec Cibic & Partners dont il est devenu un des associés en 2003.
 En qualité d'architecte/ designer, il suit des projets d'architecture et de décoration d'intérieurs comme l'exposition Microrealities à Graz Kunstadt, Positec headquarter et production facilities en Chine ou le nouveau siège de la Cisl à Vicence. 
Il a travaillé à des projets tels que Medusa Multicinema dans toute l'Italie, Selfridges & Co. Department Stores à Manchester et à Birmingham, Spizzico, les nouveaux magasins Geox, I.net British Telecom Headquarters / Web Farm Facilities à Milan et le centre polyvalent Move In de Legnano. Il est également l'auteur du projet graphique du site institutionnel de Saatchi & Saatchi.

www.cibicpartners.com