Le Dashanzi : De l’art contemporain dans le style Bauhaus
Le Dashanzi
De l’art contemporain dans le style Bauhaus
Ed. B., le 24 juin 2013
Dashanzi Art District
Dashanzi Art District


Portrait_Urbain

Situé au nord-est de Pékin, Dashanzi est certainement le site artistique le plus célèbre de la Chine. Installés dans une ancienne usine de production de matériel électronique, artistes et galeristes présentent l'art contemporain d'ici et d'ailleurs. L'histoire de Dashanzi commence en 1952 lorsque des officiels chinois et des ingénieurs d'Allemagne de l'est lancent le Projet 157. Cette nouvelle unité de production qui s'inscrit dans le grand plan de modernisation du pays a pour mission de fournir en matériel électronique l'Armée de Libération de la Chine et la population en général. Cinq ans plus tard, l'usine 798 ouvre ses portes et remplit ses fonctions durant près de quarante ans. Avec l'ouverture du pays à l'économie de marché en 1979, l'usine perd le support du gouvernement. Et cesse progressivement sa production vers la fin des années 80-début des années 90.


Zhang Xiaogang_Bloodine_The Big Family
Zhang Xiaogang_Bloodine_The Big Family


D'une superficie de 500 000 m², ces vastes entrepôts recouverts de briques rouges ou grises de style « Bauhaus » et accompagnés de tuyauterie en zigzag sont dès lors à l'abandon. A la recherche de grands espaces au loyer modéré pour installer ses nouveaux quartiers, l'Académie des Beaux-Arts se présente en 1995. Après quelques années d'intermittence, Sui Jianguo, directeur du département de sculpture de l'Académie emménage définitivement à Dashanzi en 2000. Il devient ainsi le précurseur d'un afflux important d'artistes et de personnes du milieu de l'art. 

Les peintres, galeristes et autres trouvent enfin un lieu propice au développement de leur communauté à Pékin. Comme Gao Qiang et Gao Zhen, deux frères originaires de Jinan, dans la province orientale du Shandong. Connus pour leurs œuvres déclinant Mao Zedong sous toutes ses formes, les frères Gao ouvrent en 2004 leur studio au second étage d'un bâtiment secondaire de l'usine 798. Les tableaux, photos et sculptures s'y entassent pêle-mêle aux côtés de livres en vente. Un véritable flou artistique.

Dashanzi Art District
Dashanzi Art District


Mao femmes de frères Gao
Mao femmes de frères Gao


« Quand on est arrivé, les loyers étaient très bas. L'ambiance était aussi propice à la création et l'endroit, calme », expliquent-ils. Pour le duo, il n'est plus question de quitter le lieu même s'il est victime de sa popularité. « On restera ici, on s'y sent bien. Même si les prix des loyers ont augmenté, on ne bougera pas », assurent les frères Gao. Il faut dire que leur réputation est désormais acquise auprès des amateurs d'art. Sans oublier les autorités locales qui ne voient pas toujours d'un très bon œil leurs œuvres un rien trop subversives. « A un moment, on a voulu organiser une exposition. Dès le premier jour, deux policiers ont bloqué l'accès aux visiteurs. On ne nous a jamais donné d'explications », se souviennent-ils.

Gao brothers_Mao
Gao brothers_Mao


Dashanzi Art District
Dashanzi Art District


Yue Min Jun, No. 9
Yue Min Jun, No. 9


Depuis cet échec, les frères Gao ont ouvert une petite galerie dans l'allée principale de Dashanzi. Ils y exposent quelques unes de leurs photos pour permettre au grand public de les connaître davantage. Par rapport au studio, la galerie semble n'être qu'ordre et beauté. Un café installé sur le toit offre par ailleurs une belle vue sur les alentours. Ainsi évolue le quartier. Rénovations, loyers en constante augmentation et diversification de l'offre font aujourd'hui de Dashanzi un lieu à la mode. Voire un peu trop. Cafés, boutiques, restaurants et revendeurs d'art s'accaparent les lieux au détriment de nouveaux artistes qui ne peuvent s'offrir le luxe de s'installer dans le secteur. Dashanzi s'embourgeoise. Pour le meilleur et pour le pire. Mais la tendance paraît irréversible.

Dashanzi Art District
Dashanzi Art District


Li Wei
Li Wei