Joel Meyerowitz, Out of the Ordinary : 1970-1980
Joel Meyerowitz, Out of the Ordinary
1970-1980
Michaël Houlette, le 23 août 2006

Cette exposition est la première en Europe consacrée au travail en couleur du photographe new-yorkais, Joel Meyerowitz.

Produite par le Jeu de paume et réalisée en étroite collaboration avec l'artiste, elle propose une sélection d'images prises entre 1970 et 1980, période de changement considérée par le photographe comme radicale et déterminante dans son parcours et dans son œuvre. Si Joel Meyerowitz a utilisé la couleur en photographie dès ses débuts en 1962, ce n'est qu'au tournant des années 1970 qu'il se consacre entièrement à l'image en couleur. Constitué d'un ensemble de 120 épreuves originales ou modernes, ce projet est un retour sur dix années de questionnement du médium, de recherche esthétique et d'élaboration d'un nouveau style de photographie.

P: Joel Meyerowitz, New York City, 5th Ave. and 57th St., 1975 - Courtesy Edwynn Houk Gallery, NY
P: Joel Meyerowitz, New York City, 5th Ave. and 57th St., 1975 - Courtesy Edwynn Houk Gallery, NY

"Au début des années 1970, la technique dans le domaine de la couleur avait fait de réels progrès au point qu'il était possible de faire des tirages en laboratoire sans les contraintes et les dépenses que cela exigeait 10 ans auparavant. C'est alors que je me suis décidé à travailler exclusivement en couleur. Mon raisonnement partait du principe qu'une photographie décrit les choses, il m'apparaissait dès lors évident qu'une photographie en couleur devait décrire plus de choses et offrir plus de contenu qu'une image en noir et blanc. À la même époque, je commençais à sentir qu'on pouvait obtenir plus d'une photographie qu'une simple bonne prise de vue, que le style d'Henri Cartier-Bresson (Henri Cartier-Bresson, avec Robert Frank étaient les deux figures prédominantes des années 1960), que ce style reposant sur un système d'oppositions, la recherche de l'instant idéal, l'attitude, la mienne ou celle de mes pairs, qui consistait à se focaliser sur un objet central, que tout cela devait être abandonné.

P: Joel Meyerowitz, From the Car, the South, 1967 - Courtesy Edwynn Houk Gallery, NY
P: Joel Meyerowitz, From the Car, the South, 1967 - Courtesy Edwynn Houk Gallery, NY

En utilisant la couleur, toute mon attitude vis-à-vis de la photographie de rue est passée de "l'instant capturé" à une observation plus dispersée, à la recherche d'un résultat non hiérarchisé dans lequel chaque élément joue un rôle équivalent : les gens, l'architecture, la qualité de la lumière, l'angle de cette lumière, l'importance des ombres, la simultanéité d'évènements mineurs. Cette globalité, je l'ai appelée "champs de la photographie". Il s'agissait pour moi d'une traduction de "l'expérience d'être dans la rue", dans une ville spécifique, un jour déterminé, pendant une saison ou une année précise, qui pouvait permettre au spectateur d'expérimenter lui-même ce que j'ai pu ressentir à ce moment-là. J'espérais alors que les gens allaient peut-être "lire" la photographie et non rechercher l'incident qui les captiverait dans l'image.

P: Joel Meyerowitz, Theresa St. St. Louis,1977 - Courtesy Edwynn Houk Gallery, NY
P: Joel Meyerowitz, Theresa St. St. Louis,1977 - Courtesy Edwynn Houk Gallery, NY

Petit à petit, je me suis tourné vers des appareils de plus grandes dimensions et puis un jour j'ai acheté une chambre 20x25 cm. C'était en parfaite opposition avec ma manière de penser et de travailler. Il s'agissait de la chambre photographique des anciens de la Côte Ouest, celle qu'utilisaient des gens comme Ansel Adams ou Edward Weston, alors que j'étais moi-même un new-yorkais, que l'agitation était ma nature, que la vie des rues, rythmée par le jazz, était mon véritable milieu.

Pendant cette période je suis passé de la rapidité de l'appareil 35 mm, de la scène urbaine et de ses espaces multiples, à un travail à la chambre plus méditatif, plus spacieux et plus lumineux. En fait, mon comportement, mon rapport au temps ont subi une métamorphose complète qui a profondément déterminé mon travail depuis cette époque."

P: Joel Meyerowitz, New York City, 1978 - Courtesy Edwynn Houk Gallery, NY
P: Joel Meyerowitz, New York City, 1978 - Courtesy Edwynn Houk Gallery, NY

Cette exposition s'inscrit dans le cadre du Mois de la Photo à Paris 2006 dont le double thème est "Photographie et page imprimée".

À cette occasion, un catalogue interactif, véritable prolongement de l'exposition, sera proposé au visiteur. Cette publication expérimentale produite en collaboration avec HP permettra à chacun de réaliser son propre catalogue de l'exposition en sélectionnant son contenu (soit une quarantaine d'images environ) sur des postes informatiques mis à leur disposition dans les espaces du site Sully. Les exemplaires conçus seront ensuite imprimés selon le procédé de presses numériques HP Indigo, mis au point par HP puis expédiés à leurs destinataires.

"J'utilise les papiers et les techniques d'impression de HP depuis 3 ans maintenant et je suis toujours étonné par la qualité et le résultat que ces nouvelles technologies peuvent offrir. Quand j'ai vu le catalogue réalisé sur presse numérique que HP était en train de mettre au point, j'étais excité à l'idée de pouvoir l'essayer. Mais lorsque que j'ai appris que ce type d'édition offrait une souplesse telle qu'elle permettait de changer le contenu de l'ouvrage à tout moment de l'impression, j'y ai vu l'occasion de faire un livre à une échelle beaucoup plus intime et personnelle. Tout artiste souhaite, à travers une publication, enregistrer son point de vue d'une manière fixe et définitive. Mais sans doute s'agit-il là d'une vision sclérosée de l'édition classique.

P: Joel Meyerowitz, A Day on the Beach,3 Part Panorama, Cape Cod, 1983 - Courtesy Edwynn Houk Gallery, NY
P: Joel Meyerowitz, A Day on the Beach,3 Part Panorama, Cape Cod, 1983 - Courtesy Edwynn Houk Gallery, NY

Ce qui m'intéresse dans le procédé qui sera mis en place pour l'Hôtel de Sully, c'est que je peux littéralement dire à n'importe quel visiteur de mon exposition : "ici vous pouvez voir mon travail, et si certaines images vous touchent plus que d'autres, vous pouvez les choisir en vous asseyant quelques instants devant un ordinateur, pour organiser à votre guise ce qui fait écho en vous". C'est comme une révélation pour moi, une occasion d'inviter le spectateur dans le processus de création, et personnellement, j'aime le risque que cela comporte, à savoir qu'il y aura peut-être plusieurs exemplaires uniques en leurs genres issus de ce travail. La photographie a longtemps été pensée comme un médium démocratique. Ce projet développe en profondeur cette idée car elle laisse ici le processus de fabrication entre les mains du lecteur."

Joel Meyerowitz en bref : 

-          Naissance en 1938 à New York
-          Études de peinture et de dessin medical en 1955
-          En 1962, il quitte son emploi de directeur artistique pour devenir photographe. Il se tourne spontanément vers la photographie de rue dans la tradition de Henri Cartier-Bresson et de Robert Frank. Travaille et développe son style en compagnie de Tony-Ray Jones. Ils s'intéressent tous deux à la photographie en couleur.

Du 03 octobre 2006 au 14 janvier 2007