Culture Pop - Pop Style : Design des fifties et sixties
Culture Pop - Pop Style
Design des fifties et sixties
Bernadette Deloose, le 7 juillet 2008
Electric home appliances by Nova Designteam, 1955-60
Electric home appliances by Nova Designteam, 1955-60


De 1951 à 1960 - Production en masse en vue d’un boom économique

Dans l’Europe d’après-guerre régna un grande aspiration à plus de sûreté et à une vie régulière.  C’est surtout grâce à l’aide financière et matérielle provenant des États-Unis que l’économie se rétablit très rapidement. Les États-Unis donnaient également le ton en Europe sur le plan du progrès et de la mode. Voitures, réfrigérateurs, téléviseurs, machines à laver, tourne-disques : tout le monde pouvant se les procurer, ils ont envahi les foyers et les loisirs.  Les résultats des recherches sur les plastiques menées pendant la guerre étaient maintenant utilisés à des fins civiles dans des produits quotidiens tels que les bas de nylon, les produits Tupperware et les sièges. Les matières synthétiques comme le polyester ou le polyamide étaient facilement disponibles en différentes couleurs, avaient un poids plume et pouvaient remplacer d'autres matériaux ou être utilisés comme imitation. Elles se prêtaient par conséquent parfaitement à la production industrielle de biens de consommation bon marché.  Les tendances de mode capricieuses et la montée des produits jetables allaient de pair avec la poussée des matières plastiques et créèrent de nouveaux défis pour les créateurs.



"Teema” Tableware by Karl Franck, 1947_Design Museum Gent


La novatrice conception de meubles américains fut déterminée par la concurrence fertile entre les entreprises Hermann Miller et Knoll. Pendant que Hermann Miller collaborait avec Charles Eames et George Nelson, Knoll lançait des créations d’entre autres Eero Saarinen et de Harry Bertoia. Eames et Bertoia conçurent presque simultanément les premières chaises avec un siège en métal tressé. Cette combinaison ressemblant à un collage d’éléments contrastants renvoyait à l’art contemporain, où Joan Miró, Alexander Calder et Jean Arp représentaient des tendances similaires.


"The Butterfly" Chair by Arne Jacobsen, 1951-52


Stacking chairs by Verner Panton, 1968_Vitra_Design Museum Gent
Stacking chairs by Verner Panton, 1968_Vitra_Design Museum Gent


En 1956 fut fondée en Italie la première organisation professionnelle pour le design industriel : ladite « Associazione per il Designo Industriale », ADI en abrégé. Les chefs de file comme Achille Castiglioni, Ettore Sottsass ou Giò Ponti ont jeté les fondements du renom mondial du design italien, la figure de proue de l'approche créative et imaginative des problèmes d’esthétique. À côté des créations italiennes, le design scandinave attirait lui aussi de plus en plus l’attention. Les créateurs comme Arne Jacobsen ou Hans Wegner ont doté la longue tradition scandinave de travail du bois d’un nouveau sens au moyen de meubles simples de haute qualité, se distinguant ainsi des nombreuses créations pressées et éclectiques de l’époque. En Allemagne se développa au sein de l’école supérieure d’esthétique fondée à Ulm en 1955 un nouveau mouvement qui se ralliait à la position strictement rationaliste du Bauhaus. Les représentants de ce mouvement développèrent en collaboration avec l’entreprise Braun également le concept de la charte graphique, qui ne devait pas uniquement avoir trait à la gamme de produits, mais à tous les aspects de l’entreprise, donc également les imprimés, les salles d’exposition ou les campagnes de publicité.


"Tulip" Chair by Eero Saarinen, 1956


De 1961 à 1970 - Consommation et protestation

Le boom industriel et commercial se fit également sentir au début des années 60. Certains pays européens faisaient même face à une pénurie de travailleurs, de sorte qu'ils durent embaucher des ouvriers provenant de l’Europe du Sud. Les pays industrialisés de l’occident arrivaient à saturation, la plus grande partie des familles disposant des principaux appareils techniques. Pourtant, la demande fut maintenue à niveau au moyen de publicité et de produits ayant une durée de vie limitée. Le contenu et les motifs de la société de consommation devinrent l’objet de l’art. Tandis que les représentants du pop art affichaient des boîtes de conserve et des symboles de publicité, doutant ainsi de l’opposition entre l’art et la rivalité, les groupes pop, comme les Beatles, se convertirent en les idoles d’une jeunesse aisée. Les premières réussites dans l’espace suscitèrent des visions de voyages spatiaux, thème repris par le cinéma et la mode, mais également par les créateurs de meubles.



"The Butterfly" Chair by Arne Jacobsen, 1951-52


Armchair by Emiel Veranneman, 1958
Armchair by Emiel Veranneman, 1958


Tandis que la critique toujours plus amplifiée sur la société en vigueur attint son apogée dans les révoltes d’étudiants et dans le mouvement hippie, la conception des meubles portait les signes de bouleversement au début des années 60 déjà. Outre le changement de cap idéologique, en était également responsable le développement des possibilités techniques et de création. Tandis que d’aucuns souhaitaient tenter d’exploiter davantage les atouts des matériaux synthétiques, d’autres créateurs reconnurent également les possibilités créatives du plastique. La possibilité de former et de colorer les plastiques presque à volonté a entraîné une tendance recherchant les formes massives, finies de façon organique, qui semblaient n’être composées que d’une seule pièce. Le Danois Verner Panton fut le premier à créer une chaise en plastique massif. Parmi les personnes les plus influentes se trouvait aussi Joe Colombo, qui créa des articles de grande série innovants à conception individuelle et conséquente, ainsi que des scénarios spatiaux futuristes.

Electric home appliances by Nova Designteam, 1955-60
Electric home appliances by Nova Designteam, 1955-60


Les groupes comme Studio 65 recherchèrent à partir d’environ 1965 la sensation au moyen de concepts architecturaux utopiques, d’événements et de conceptions de meubles expérimentales. Ils voulaient apporter d’autres solutions aux espaces strictement délimités et séparés, aux meubles et à l’architecture rationaliste et rectangulaire, qui limitaient et isolaient les utilisateurs. Le concept résidentiel de la commune a trouvé sa contrepartie dans les paysages de vie bigarrés composés de revêtements constitués de façon organique et souhaitant éviter la délimitation interpersonnelle. Des meubles sculpturaux remarquables ont été fabriqués en mousse polyuréthane, qui permettait de concevoir des formes douces et libres, et qui rendait les meubles stables à l’intérieur, sans avoir besoin d’une structure de support. Attrayants par l’unicité du matériau et de la structure, les premiers meubles gonflables sautèrent eux aussi à l’œil grâce à leur frivolité et à leur caractère innovant. 

Hanging lamps by Pieter De Bruyne, 1965
Hanging lamps by Pieter De Bruyne, 1965


Le postmodernisme frappait à ce moment également à la porte. L’architecte américain Robert Venturi en décrit les fondements en 1966 dans son livre « Complexity and Contradiction in Architecture ». Au lieu d'aspirer en permanence à l’innovation, caractéristique de chaque mouvement moderne, Venturi prônait l’éclectisme, fréquentant délibérément les traditions et styles existants.

Jusqu’au 12 octobre 2008

design.museum.gent.be