Claudio Silvestrin : Tridimensionnalité de l’architecture moderne
Claudio Silvestrin
Tridimensionnalité de l’architecture moderne
G.T., le 2 juin 2008
L'agence Claudio Silvestrin Architects a été fondée en 1989 à Londres et dispose également d'une filiale à Milan depuis 2006.
L'agence suit le développement immobilier, projette de nouvelles habitations, des appartements privés, des galeries d'art et des musées, l'intérieur des habitations et des magasins et s'occupe du design de meubles.
Elle compte parmi ses clients Giorgio Armani, Illycaffé, Anish Kapoor, Calvin Klein, Poltrona Frau, Victoria Miro, la " Fondazione Sandretto Re Rebaudengo " pour laquelle elle a projeté le musée de Turin et le célèbre rappeur Kanye West. L'agence Claudio Silvestrin Architects vient juste de terminer l'espace de la collection privée Victoria Miro et est actuellement en train de réaliser un nouveau centre touristique de 40 000 m² à Cearà, au Brésil, comprenant un hôtel, un centre thermal et des villas.
31 villas sur un site de 20 000 m² à Singapour, un centre de bien-être de 5 000 m² en Corée du Sud et un complexe hôtelier de 2 000 m² à Saint-Tropez sont actuellement en cours de construction.

Claudio Silvestrin
Claudio Silvestrin


Né en 1954, Claudio Silvestrin a étudié avec A.G. Fronzoni à Milan et à l'Architectural Association de Londres.Au cours de l'interview, il a parlé de matériaux et de lumière naturelle mais aussi de sa méthode conceptuelle et du " cinéma pour l'architecture " : des thèmes qui concernent ses ouvrages - réalisés dans le monde entier - austères sans être extrêmes, contemporains, tranquilles mais pas ascétiques, forts mais nullement intimidants.

Claudio Silvestrin_Millenium
Claudio Silvestrin_Millenium


G.T. : Dans l'architecture de Claudio Silvestrin, les matériaux naturels sont très importants, ils sont souvent cités et presque évoqués. Quels sont les vrais matériaux de l'architecture, ceux que vous avez utilisés et que vous utilisez en ce moment ?

Claudio.Silvestrin : Disons que c'est un choix philosophique que de faire de l'architecture en se basant sur les matériaux naturels. Il y a ceux qui choisissent le ciment ou le carton-pâte, moi je préfère le bois, surtout s'il n'est pas traité avec des plastifiants qui le font briller et l'abîment, la pierre polie ou même brute. Je fais en sorte que le matériau naturelle dicte l'architecture.


Claudio Silvestrin_Modern Art Museum_Extension_Poznan
Claudio Silvestrin_Modern Art Museum_Extension_Poznan


Claudio Silvestrin_Mendelsohn Residence
Claudio Silvestrin_Mendelsohn Residence


Claudio Silvestrin_Canal Building Loft_Londres
Claudio Silvestrin_Canal Building Loft_Londres


G.T. : Nous nous trouvons aujourd'hui au Musée diocésain de Milan pour un événement qui concerne l'architecture de Silvestrin. Un des thèmes de l'architecture est justement lié à sa représentation. Mis à part les photos et les maquettes qui sont magnifiques, le vidéo est peut-être la forme idéale car il rend l'architecture tridimensionnelle, vécue... en mouvement.

C.S. :
Tout à fait, bien que je travaille encore avec des maquettes au niveau de modules de travail, pour développer les idées, etc., je pense que le meilleur moyen de diffusion soit de nos jours, en 2008, le vidéo et même, j'oserai dire, le film. C'est d'ailleurs en perspective ce que je ferai.


Claudio Silvestrin_I Fiumi collection by Baffi
Claudio Silvestrin_I Fiumi collection by Baffi


G.T. : Alors permettez-moi une boutade. Les Rolling Stones n'ont pas apprécié le film qu'un très grand metteur en scène comme Scorsese leur a consacré, en disant qu'il est plutôt ennuyeux... Quel est le bon metteur en scène pour un film sur l'architecture de Claudio Silvestrin ?

C.S. : C'est une question intéressante...

G.T. : Greenaway, c'est le premier qui me vient à l'esprit, au hasard...

C.S. : Oui, mais il faut faire attention car le type d'architecture très calme, très sereine risque de devenir ennuyeuse dans un film. Il n'est donc pas dit qu'un certain metteur en scène puisse... Je ne sais pas comment dire, peut-être qu'un artiste comme James Turrell serait un réalisateur fantastique pour mon architecture.



Claudio Silvestrin_Minotti Cucine
Claudio Silvestrin_Minotti Cucine


G.T. : Parlons de votre architecture actuelle. À quoi êtes-vous en train de travailler ? L'exposition présente des choses que vous avez déjà faites ou que vous êtes sur le point de réaliser...

C.S. : Elle montre des projets actuels, des villas que je suis en train de construire pour un promoteur immobilier à Singapour, une villa pour une pop star... Ce sont donc des projets en cours de réalisation. Un centre touristique/ Spa au Brésil, un hôtel, des villas.


Claudio Silvestrin_Verjee House, Londres
Claudio Silvestrin_Verjee House, Londres


G.T. : Vous avez également travaillé pour des lieux publics, pour la gastronomie d'un haut niveau... Quelle est la principale différence au niveau du projet entre le secteur public et celui privé ?

C.S. : Terra à terre, il y a beaucoup plus de compromis avec les projets publics, pas tellement au niveau des normes de sécurité mais parce que le client est poussé par le profit. Quand il s'agit d'ouvrages privés, des appartements ou des choses du même genre, le client y met davantage de poésie. Il n'est pas tenté par le désir de réaliser le plus possible. C'est le commettant qui fait un projet pour gagner de l'argent.

G.T. : Une question sur la lumière. La lumière est très importante dans vos projets. Je crois que celle naturelle soit l'optimum. Pour ce qui est de la lumière artificielle, s'agit-il chez vous d'une lumière qui se voit ou qui fait voir mais ne se voit pas ?

C.S. : La lumière se voit... Il faudrait toutefois éviter de faire voir la source, la lampe. J'essaie d'éviter le luminaire, l'abat jour. J'essaie de donner un sens abstrait...


Claudio Silvestrin_Open Cloister_Hombroich
Claudio Silvestrin_Open Cloister_Hombroich


G.T. : Je me souviens d'une interview accordée par Nanni, je crois qu'il a travaillé avec vous... il parlait naturellement de créer de la lumière qui ne se voit pas...

C.S.: La lumière doit se voir...

G.T. : Une dernière question sur l'ameublement, sur le design des objets. Le matériau naturel est particulièrement présent, immanent, aussi dans ce domaine, pour autant que je sache. Est-ce un choix précis que de travailler avec des surfaces en porphyre ou avec d'autres pierres " précieuses " ou une transposition de la philosophie conceptuelle ? S'agit-il de petites architectures ou est-il impossible de faire autrement selon vous ?

C.S. : Dans mon cas, ce sont vraiment des petites architectures... J'ai projeté dernièrement des sièges pour Poltrona Frau et les gens me disent : " on dirait des édifices ".


Claudio Silvestrin_Miroir lumineux I Massi
Claudio Silvestrin_Miroir lumineux I Massi


G.T. : Que pensez-vous des designers qui disent que les grands architectes sont très habiles quand il s'agit de faire du design mais qu'ils font, justement, de l'architecture ?

C.S. : En ce qui me concerne, j'essaie toujours d'apprendre des grands maîtres qui savaient aussi bien travailler à l'échelle urbaine que faire des maisons et des meubles... Il suffit d'observer le travail de Mies Van der Rohe, Le Corbusier... J'essaie de suivre cette voie.

G.T. : C'est parfait, nous avons même cité les grands architectes... Merci Claudio Silvestrin.

C.S. : Merci à vous.

www.claudioSilvestrin.com