Marina Bautier : Atelier A1
Marina Bautier
Atelier A1
D.B., le 7 janvier 2008
Marina Bautier
Marina Bautier


Neuf tiges de bois plantées sur une planche de chêne pour faire portemanteau, une petite lampe à adosser au mur ou à “serre-jointer” sur une table, un bureau sobre et clair qui cache son plan de travail sous une feuille de métal, une chaise en bois qui, elle, cache un tabouret sous son assise pour partager un travail ou une lecture d'écran… Ce sont les propositions humaines et généreuses, à l'écart de toute rhétorique technologique, de Marina Bautier, jeune designer bruxelloise. Diplômée du Buckinghamshire Chilterns University College, Marina Bautier, 27 ans, a fondé sa société Lamaisondemarina, pour éditer ses propres projets. Depuis 2005, elle expose sur le salon Satellite, lors du Salon du Meuble de Milan et s'y est fait remarquer. Ligne Roset édite sa collection de miroirs “Frame”. Swedese et Idée lui ont commandé deux collections. “Le design s'envisage plus comme “signe” que dans la perspective de production d'un produit utile, explique t-elle. Les designers aujourd'hui dessinent des produits qui se destinent plus aux musées qu'aux habitats.”

Marina Bautier_Lampe
Marina Bautier_Lampe


Le design peut-il encore être un terrain d'expérimentation ? C'est à cette question qu'elle tentera de trouver une réponse en participant au programme “Entity/Identity” initié par Veerle Wenes et soutenu par l'organisme belge Design Flanders. En novembre, elle part en résidence en Chine avec une douzaine de designers - Chris Kabel, Wieki Somers, Nathalie Dewez, Danny Venlet, Gesine Hackenberg, Romi Smits, Dylan van den Berg, Diane Steverlynck, Pieter Vermeschse. Jannetze in'tVeld et Toon Koehorst - se confronter à la question de l'identité et de l'origine. Le lieu, l'origine et la situation influent-ils sur la réalité ? Une exposition au SM'S, le Stedelijk Museum de 's-Hertogenbosch a ouvert le 15 décembre puis s'installera en août 2008 à la Tokyo Gallery à Pékin.

Marina Bautier_Lampe
Marina Bautier_Lampe


Marina Bautier_Armchair
Marina Bautier_Armchair


Après des études de design en Angleterre, Marina Bautier revient à Bruxelles et s'installe comme designer indépendante. Lors du consours Prix du Jeune Design Belge 2003, elle remporte le prix du publique qui l’envoie au Salon Maison & Objet à Paris. Elle produit elle-même certaines de ses créations en petite série mais collabore également avec des entreprises sur des productions à plus grande échelle et sur des projets d’aménagement d’intérieur. Curieux de savoir comment se passe sa collaboration actuelle avec la société Posso, nous avons invité Marina à prendre place dans notre Talk-Chair. L'occasion aussi de nous intéresser à son parcours et à ses futurs projets.

Marina Bautier_Entrance
Marina Bautier_Entrance


D.B.: Marina, en quelques mots quel est ton parcours de designer ?

M.B.: J'ai fait mes études de design en Angleterre pendant 4 ans ; d'abord une année préparatoire à Londres puis 3 ans juste en dehors de Londres. Cela fait maintenant 2 ans que je suis rentrée à Bruxelles. Dès mon retour, j'ai très vite commencé à travailler sur la production de petites séries de mes projets. J'ai ensuite participé à plusieurs expositions et concours dont le "Prix du Jeune Design Belge". J'y ai remporté le prix du public qui m'a permis d'exposer au salon "Maison et objets" à Paris.


Marina Bautier_Entrance
Marina Bautier_Entrance


Marina Bautier_Chaise
Marina Bautier_Chaise


D.B.: Et maintenant où en es-tu ?

M.B.: Dernièrement je me suis installée avec 4 autres designers dans un atelier à Bruxelles. Concernant ma production d'objets, j'ai décidé de progressivement rechercher des éditeurs et non plus de produire moi-même en petites séries. C'est pour cela que je vais au "Salon du Meuble" de Milan en avril prochain.

Marina Bautier_Chaise
Marina Bautier_Chaise


D.B.: Est-ce que ta formation de designer t'avait préparée à travailler au niveau industriel comme tu le fais pour le moment avec la société Posso ? Avais-tu une formation ou une approche de "design industriel" ?

M.B.: Non pas vraiment. Durant mes études, j’ai plutôt appris à développer mes propres projets qui étaient surtout destinés à l'intérieur de la maison et ensuite de trouver des éditeurs pour les produire. C’est vrai qu'au départ, quand le projet m'a été proposé, je n'étais pas certaine d'y participer, parce qu'en général la plupart de mes objets sont destinés à la maison. Mais l'occasion se présentait, et je me suis dit que j'allais tenter le coup. Puis c'est en le faisant que j'ai remarqué que ma manière de travailler pour le mobilier s'appliquait tout aussi bien à ce genre de projet. Ma démarche restait la même.


Marina Bautier_Bureau
Marina Bautier_Bureau


D.B.: Quand tu nous as présenté ton projet de sac Poupées russes, il s'agissait déjà d'un prototype assez bien fait. Est-ce une démarche de travail habituelle pour toi de passer directement à l'objet en 3D?

M.B.: Oui je travaille beaucoup de cette manière, je développe un petit peu mes idées par le dessin mais très vite j'ai besoin de fabriquer l'objet pour vraiment sentir l'effet qu'il a et comment il fonctionne.


Marina Bautier_Posso
Marina Bautier_Posso


D.B.: Où en es-tu dans la réalisation de ces sacs Poupées russes?

M.B.: Une fois que le projet a été accepté, on a essayé, avec les responsables de Posso, de trouver des fabricants. En même temps, j'ai continué à développer d'autres prototypes pour finaliser et préciser les modèles qui seront produits. Ensuite, ces prototypes ont été envoyés à différents fabricants. L'un d'eux va s'occuper de la première série. Parallèlement, j'ai développé le packaging des produits qui sera d'ailleurs fait par la même entreprise. A présent, je travaille avec les responsables de Posso à la réalisation d' un CD de présentation qui sera envoyé aux distributeurs, magazines, etc


Marina Bautier_Posso
Marina Bautier_Posso


D.B.: En fin de compte tu touches à tous les aspect et les étapes de la réalisation de l'objet ?

M.B.: En fait, dès le départ, la société Posso m'a demandé si je voulais participer au packaging, etc. J'ai bien évidemment accepté la proposition et donc c'est moi qui ai développé, avec la responsable marketing de Posso, tout le côté graphique du produit. Pareil pour le CD de promotion qui va de la prise des photos à la mise en page, etc. C'est assez bien parce que j'ai vraiment un droit de regard et de conception à tous les niveaux de l'objet. Aussi, je suis assez libre : dès le départ j'ai pu vraiment présenter mes idées de telle manière que le résultat corresponde à ce que je voulais.


Marina Bautier_Posso
Marina Bautier_Posso


Marina Bautier_Keyplug
Marina Bautier_Keyplug


D.B.: Combien de sacs la société Posso prévoit-elle de produire et distribuer ?

M.B.: Là, on a fait une première série d'environ mille pièces par modèle, soit 6000 pièces au total. Ce n'est pas la même quantité pour chaque sac et c'est vraiment une petite série de test. Si le produit fonctionne, ça pourrait aller par 20000 pièces par an ou même plus. Cela dépendra du succès du produit.


Marina Bautier_Chaise
Marina Bautier_Chaise


D.B.: Sans rentrer dans les détails et être indiscret, comment es-tu rémunérée : par la vente de ton projet ou via des royalties ?

M.B.: Ma rétribution se fera uniquement sous forme de royalties mais j'ai tout de même demandé un petit budget pour le travail supplémentaire que j'ai eu à faire par la suite, comme la fabrication des prototypes, le suivi de production, le packaging, le contact avec les fabricants, etc., même si cela reste un réel travail d'équipe.


Marina Bautier_Keyplug
Marina Bautier_Keyplug


Marina Bautier _Coat Hanger_Naoko Morimoto
Marina Bautier _Coat Hanger_Naoko Morimoto


D.B.: Penses-tu que Designed in Brussels doive favoriser ce genre d'expérience entre designers et industriels ?

M.B.: Oui, tout à fait, ce genre de projet n’est pas facile à obtenir. Seul de son côté, il est difficile d’entrer en contact avec les industriels. Et, dans ce cas précis, c'est une très chouette occasion d'arriver à obtenir la confiance d'un industriel, et ça sans référence passée. Et j'espère que cela me permettra dans le futur de démarcher par moi-même pour ce genre de projet.


Marina Bautier_Matelas
Marina Bautier_Matelas


Marina Bautier_OmegaStore
Marina Bautier_OmegaStore


Marina Bautier_PrivatePark
Marina Bautier_PrivatePark


D.B.: Quels sont tes projets à venir ?

M.B.: Pour l'instant je n'ai pas vraiment de nouveau projet d'objets. Par contre, j'ai eu une exposition à la galerie Bortier, qui s'appellait "Marina Bautier, l'objet quotidien". J'y ai présenté l'ensemble de mon travail. Il y a donc eu une grande préparation pour mettre au point la scénographie. Et puis surtout, il y a la préparation à la foire du meuble de Milan au mois avril prochain pour laquelle je voudrais contacter des éditeurs qui pourraient être intéressés par mes projets, le but étant de faire une première prise de contact avant le salon.



Marina Bautier_PrivatePark
Marina Bautier_PrivatePark


Maintenant, j'aimerais faire, en complément aux objets, des aménagements d'intérieurs publics ou privés. J’ai déjà réalisé l'intérieur d'un petit magasin qui s'appelle Moroméga shop, rue Caudenberg. C'est un petit magasin qui vend des compléments alimentaires. C'était mon premier aménagement d'intérieur. C'était très chouette. Un petit magasin qui fait 3-4 mètres carrés.

Marina Bautier_PrivatePark
Marina Bautier_PrivatePark


www.lamaisondemarina.com