RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Controverses
Une histoire juridique et éthique de la photographie
Daniel Girardin + Christian Pirker, le 1 novembre 2010
Frank Fournier, Omayra Sanchez, Armero, Colombie, 1985_© Frank Fournier / Contact Press Images
Frank Fournier, Omayra Sanchez, Armero, Colombie, 1985_© Frank Fournier / Contact Press Images
 
Frank Fournier, Omayra Sánchez, Armero, Colombie, 1985

Cette image a été prise par Frank Fournier en Colombie, le samedi 16 novembre 1985, quelques jours après l’entrée en activité du volcan Nevado del Ruiz. La coulée de boue déclenchée par l’éruption a déjà provoqué la mort de vingt-quatre mille personnes, les autorités n’ayant pris aucune mesure malgré les avertissements des vulcanologues. Lors de cette catastrophe naturelle, la jeune Omayra Sánchez se retrouve prisonnière des nombreux débris emportés par la boue, dans la ville d’Armero. Durant deux jours et trois nuits, les sauveteurs tenteront de la dégager. Deux jours et trois nuits durant lesquels le monde entier restera suspendu à son calvaire, par télévisions et journaux interposés. La grue nécessaire au dégagement des décombres et la pompe hydraulique n’arriveront pas à temps, elle est blessée à la hanche par des barres de métal et ses jambes sont coincées. Epuisée, la petite Omayra, qui avait impressionné par son calme et sa foi, succombe le 16 novembre d’un malaise cardiaque. Pour ce membre de l’agence Contact Press Images, auteur de reportages publiés dans le monde entier, le sentiment d’impuissance l’emporte d’emblée : il ne peut rien faire pour sauver les victimes, qui nécessitent soins médicaux d’urgence et prise en charge professionnelle. Il réalise que la seule chose à laquelle il puisse se rendre utile est de témoigner de la souffrance de la jeune fille, en espérant que l’aide internationale se mobilise.

Si Frank Fournier obtient un succès médiatique et le prix World Press Photo en 1986 pour ce portrait d’Omayra, il est également assailli de doutes. Et pour cause. La jeune fille est en train de mourir, entourée de journalistes et de photographes, en direct sur les chaînes de télévision du monde entier. L’attitude de Fournier montre ainsi à quel point un photographe peut être amené à s’interroger sur son travail et à douter de sa légitimité. Ne rien dissimuler de la réalité, au risque de choquer l’opinion publique, ou renoncer à témoigner, tel est le douloureux dilemme auquel ce cas renvoie. Et Fournier se trouve au centre de la controverse : dans un cas comme celui-ci, ne vaudrait-il pas mieux porter assistance plutôt que photographier ? Peut-on montrer la souffrance sans porter atteinte au respect ? Pour certains, la diffusion du spectacle de la mort d’Omayra est obscène. Elle illustre l’engrenage mercantile dans lequel l’information est prisonnière aujourd’hui, la surenchère à laquelle elle est acculée, entre sensationnalisme et voyeurisme. Face à cela, de nombreux photographes insistent sur leur éthique et leur responsabilité, il est pour eux de la plus haute importance d’informer.


Oliviero Toscani, Kissing-nun, 1992_© Copyright 1991 Benetton Group S.p.A. - Photo: Oliviero Toscani
Oliviero Toscani, Kissing-nun, 1992_© Copyright 1991 Benetton Group S.p.A. - Photo: Oliviero Toscani
 
Oliviero Toscani, Kissing-nun, 1992

Avec des publications dans Elle, Vogue, Harper’s Bazaar, Stern, Oliviero Toscani est connu comme photographe de mode. Mais c’est par sa collaboration de 1982 à 2000 avec Benetton qu’il acquiert une renommée mondiale. En dix-huit ans, il a construit pour la marque une identité très forte et contribué à sa notoriété. En 2000, Benetton est l’une des cinq marques les plus célèbres du monde et compte des magasins dans plus de cent vingt pays. Sa stratégie publicitaire débute avec la déclinaison du slogan United Colors of Benetton. Il réunit et confronte les contraires, dans une même image. Provocant et direct, son message reste porteur de valeurs positives telles que l’acceptation des différences, le multiculturalisme, la lutte contre les inégalités, la paix.

Puis, il montre une femme noire donnant le sein à un bébé blanc, réunit un loup blanc et un agneau noir, une petite main noire sur une grande main blanche, s’éloignant toujours de l’objet initial de la publicité, à savoir les vêtements Benetton. Le style est de plus en plus provocateur, s’attachant à l’actualité et soulevant de nombreuses polémiques, parfois jusqu’au procès. En 2000, la campagne Death row représentant vingt-six condamnés à mort américains provoque de nombreuses réactions du public, mais aussi des diffuseurs de la marque et des familles des condamnés. Benetton décide alors de mettre un terme à sa collaboration avec Toscani.

En puisant dans le répertoire religieux, Kissing-nun oppose le baiser charnel et profane aux voeux sacrés prononcés par les hommes et femmes entrant en religion. Contraire au précepte du célibat religieux, l’image incite à dépasser les barrières de la tradition, touchant ainsi aux valeurs fondamentales de la religion catholique. Une partie de l’opinion publique se sent inévitablement offensée. En Italie, sous les pressions du pape et du Vatican, les autorités italiennes finissent par interdire la diffusion de l’image.

En France, le Bureau de vérification de la publicité (BVP) demande le retrait des affiches, suite aux nombreuses plaintes émises par les associations religieuses. Comme pour toute image questionnant directement la religion, le phénomène se répétera pour l’affiche du film Amen (2002), également réalisée par Toscani, qui transforme la croix chrétienne en croix gammée. La demande d’interdiction de l’affiche sera pourtant rejetée par la justice française, suivant une jurisprudence constante sur le sujet.

Toscani a réussi à émanciper la publicité de ses codes et de ses racines consuméristes. Il a su utiliser le pouvoir des images comme instrument publicitaire tout en ajoutant à ce dernier une dimension sociale. En brisant les tabous par le choc de l’image, il a suscité des débats passionnés, qui sont dans le monde contemporain le propre d’une excellente communication.

Jusqu’au 6 février 2011

www.cna.public.lu


<   1  2  3  4  5  6    
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online