RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Controverses
Une histoire juridique et éthique de la photographie
Daniel Girardin + Christian Pirker, le 1 novembre 2010
Andres Serrano, Piss Christ, 1987_© A. Serrano. Paula Cooper Gallery, New York
Andres Serrano, Piss Christ, 1987_© A. Serrano. Paula Cooper Gallery, New York
 
Par-delà les apparences

Confrontés à une surenchère de connaissances et d’informations, nous sommes souvent amenés à exprimer un avis sur des sujets à propos desquels nous n’avons accès ni aux sources primaires (combien auront lu un jugement avant d’émettre un avis sur le bien-fondé de la sanction ?) ni aux connaissances scientifiques nécessaires (qui peut donner un avis éclairé sur la majorité sexuelle ?). Pourtant, dans notre Société de conversation, les gens émettent des avis, condamnent, encensent, votent et globalement échangent sur l’ensemble des thèmes de leur actualité. Et cet échange, lorsqu’il est contradictoire, peut aboutir aux controverses relatées dans ce livre. Elles comportent par conséquent souvent des données factuelles mêlées de composantes subjectives, c’est-à-dire émanant d’une culture, d’une époque, d’un groupe ou exprimant des convictions individuelles. C’est pourquoi, pour exprimer ces controverses dans leur richesse, nos sources ont été puisées dans la diversité des échanges publics et des informations aisément accessibles : ici, des sources primaires comme des décisions judiciaires ou des témoignages, là, plus fréquemment, des sources secondaires tels des articles de presse, des courriers de lecteurs, des blogs, des sites web, des synthèses diverses.


Jock Sturges, Christina, Misty and Alisa, North California, 1989_© Jock Sturges
Jock Sturges, Christina, Misty and Alisa, North California, 1989_© Jock Sturges
 
Dès lors, si ces controverses peuvent comporter des imprécisions voire des erreurs par rapport à la vérité factuelle - si tant est qu’elle existe -, elles s’efforcent d’exprimer au plus près le débat public qui nous intéressait. Ensuite, avec Schopenhauer, nous pensons qu’“une personne peut avoir objectivement raison, quant à l’objet même du débat, tout en restant dans son tort aux yeux des assistants, et même parfois de soi-même”. En effet, “la vérité objective d’une proposition et la valeur de celle-ci, telle qu’elle apparaît dans l’approbation des opposants et des auditeurs, sont deux choses différentes”. Il en va notamment ainsi dans l’opinion publique et devant la justice. La thèse du vainqueur n’est donc pas forcément la plus juste, mais ses arguments ont été plus convaincants. Par voie de conséquence, en dépit des tribunaux ou tiers ayant rendu l’avis autorisé, le doute cartésien et l’esprit critique sur chacune de ces controverses restent non seulement pertinents, mais aussi souvent nécessaires, car si certaines batailles sont terminées, le débat, lui, est peut-être toujours d’actualité.

Annelies Strba, Sonja in her bath, 1986_© Courtesy Galerie Anton Meier
Annelies Strba, Sonja in her bath, 1986_© Courtesy Galerie Anton Meier
 
Un conflit, lorsqu’il porte à controverse, est l’expression des sensibilités et des points de tension d’une société à un moment précis. La controverse endosse ainsi le rôle de plaque sensible car elle révèle les convictions d’une société à une période déterminée. En confrontant une photographie à son histoire, nous pouvons comprendre une époque, une culture, des individus. Par ailleurs, si ces controverses nous apprennent sur le passé, elles peuvent également éclairer notre présent. En effet, les photographies en elles-mêmes sont toujours identiques, immuables, quels que soient le lieu et l’époque de réception. Si elles ont provoqué un débat dans un certain public à un moment donné, qu’en est-il avec nous, ici, maintenant ? Sur les mêmes images, nos convictions d’aujourd’hui sont intéressantes à comparer avec les convictions d’hier, de là-bas, d’autrui. Nous pouvons aussi tenter une classification, car des thèmes récurrents émergent et reflètent les questions philosophiques millénaires : qu’est-ce que le bien, le vrai et le public, par opposition à ce qui est condamnable (mal), trompeur (faux) ou égoïste (privé) ? Certaines images peuvent enfin se regrouper en raison de leur valeur de preuve, de témoignage. Dans nos histoires, ces questions peuvent parfois sembler anecdotiques ou modestes, elles n’en restent pas moins exemplatives. Elles nous permettent aussi, sans pathos ni force références académiques, d’illustrer et d’échanger sur ces questions.

Tentons donc un (très) bref survol de ces thèmes. Qu’il s’agisse de photographies documentaires, de mode, de reportage, d’art ou de science, qu’il s’agisse de portraits, de nus, de paysages, de photomontages, d’interprétations ou de transgressions, les photographies ont toutes un sens. C’est l’acceptation ou le refus de ce sens qui est en jeu, au gré des situations historiques. Les photographies, si elles sont jugées en fonction de lois, le sont d’abord en regard d’une lecture et d’une interprétation qui sont le reflet de l’idéologie dominante du moment.


<   1  2  3  4  5  6   >
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online