RECHERCHE
VILLE DE DESIGN
EGO MAGAZINE
ARCHIVES
Andrea Branzi
Open Enclosures
Linda Chenit, le 18 février 2008
Andrea Branzi_Gazebo maquette, 2007_Fondation Cartier
Andrea Branzi_Gazebo maquette, 2007_Fondation Cartier
 
Également énigmatique, la seconde installation est désignée sous le terme de gazebo qui signifie «belvédère ». Structurée comme un pavillon, l’installation est dotée d’éléments décoratifs élaborés. Ses parois en fines barres d’acier sont rehaussées d’un galon en métal tressé et de formes organiques en verre aux nuances colorées, conférant une certaine sensualité à cette structure géométrique minimaliste. À l’intérieur, un vertical home, élément de mobilier, remplit les fonctions de lit, d’étagère ou de plan de travail, transformant cette installation en espace de vie imaginaire. Traditionnellement, un gazebo est un abri depuis lequel on admire le paysage. À ceci près que, pour Branzi, la nature a cessé d’être un élément passif; elle possède une énergie propre, comparable à l’énergie électronique, qui bien que «faible», modifie nos cités de manière invisible.


Andrea Branzi
Andrea Branzi
 
Omniprésents dans le travail de Branzi, la nature et ses modes de production sont envisagés comme des modèles conceptuels et des forces avec lesquels l’architecture et le design peuvent interagir. Exprimant ce potentiel, Branzi intègre dans et autour de ses oeuvres des éléments naturels tels que plantes et fleurs. Ainsi, tout autour de l’ellipse, une étagère en verre accueille une sélection de vases issus de la collection du designer tandis qu’au sein du gazebo, s’épanouissent des fleurs dont la présentation s’inspire de l’art de l’Ikebana.

Andrea Branzi_Genetic Tales Three
Andrea Branzi_Genetic Tales Three
 
Sur le plan conceptuel, le bâtiment de Jean Nouvel offre un environnement idéal à ces installations : à l’instar des structures d’Andrea Branzi qui s’efforcent de brouiller les frontières entre intérieur et extérieur, les façades vitrées de Nouvel contredisent l’idée de volume clos et permettent le dialogue avec le jardin entourant le bâtiment. Pour Branzi, c’est ce brouillage des frontières qui exprime le mieux notre réalité contemporaine. Éliminant les distinctions entre intérieur et extérieur, forme et fonction, nature et technologie, ces deux installations offrent une vision nouvelle de l’architecture et du design. Ce sont des métaphores de l’architecture de demain, reposant non plus sur une verticalité vertigineuse, mais sur des structures légères, flexibles et éphémères, intégrant l’énergie « faible et diffuse » de la nature et de ses saisons.

Du 28 mars au 22 juin 2008

http://fondation.cartier.com

<   1  2  3    
IMPRIMERENVOYER À UN AMIHAUT DE PAGE
HÔTELS-BOUTIQUES
AGENDA
NEWSLETTER


giubbotti peuterey Peuterey Outlet giubbotti peuterey peuterey online